Intra-Muros, c’était la dernière… (pour moi)

IMG_4587

Ainsi s’est terminée pour moi l’aventure Intra-Muros Tour 2019 (tournée de 120 dates, quand même). Tour de France, Belgique, Suisse, La Réunion, Nouvelle Calédonie, Liban… La dernière était hier à Oswald en banlieue de Strasbourg. Sur le plateau, il y avait Raphaèle Bouchard, Marie Sambourg, Fayçal Safi, Paul Jeanson et Raph Charpentier au clavier. François Leneveu assurait les lumières tandis qu’Elsa Tournoux gérait l’intendance. J’avais fait un long hommage à toute l’équipe il y a quelques semaines à l’occasion du départ de Jeanne Arènes et Alice de Lencquesaing.

L’aventure Michalik continue à la Pépinière, à Avignon et en tournée plus tard avec une partie de l’équipe de création et avec surtout les nouveaux interprètes d’Alice, Jeanne, Richard, Kevin et Ange. Merci encore à Alexis pour ces deux années exceptionnelles remplies du bonheur des planches. Quant à moi, je vais me remettre à fumer et tomber en dépression.

En fait, peut-être pas. J’ai Manigances que je vais accompagner en projections charentaise et parisienne, au festival de Contis et ailleurs.

Je vais aussi m’occuper de Magnétique, mon bouquin que j’ai peu accompagné pour l’instant. Il y a des conférences programmées, un salon du livre à Blaye et d’autres choses encore. Hier matin, France 2 en parlait, David Galley dans l’émission de Sophie Davant. L’extrait est à voir en cliquant ICI.

24 heures après

pendule

Grosse tempête politique. En analysant les données qui nous sont offertes, je crois pouvoir affirmer aujourd’hui que Macron sera réélu en 2022 alors que je craignais jusqu’à hier que ce soit Marine Lepen.

Qu’est-ce qui me permet d’affirmer ça ? Ma connerie, d’abord. Et mon intuition politique (ce qui est peut-être du même niveau).

Ce n’est pas tant les chiffres qui me font dire ça mais les phrases captées ici ou là, les vibrations, les discussions animées que j’ai eues aujourd’hui sur Facebook. Celles que j’ai avec mon entourage.

Victoire des capitalistes

Tout d’abord, je pense que l’ennemi des gens qui dirigent le pays, les politiques, les groupes industriels agroalimentaires, les financiers, c’est la gauche. C’est ceux qui veulent changer le modèle économique. Il n’y a que la gauche qui les emmerde.

Anéantissement programmé de la gauche

Quand la France Insoumise est apparue, elle a constitué une vraie menace. Alors tout a été fait pour anéantir Mélenchon (qui n’a aucun mal à se faire détester tout seul). C’était facile. Il suffisait de lâcher des peaux de bananes, de salir son image à longueur de traitement médiatique et le monstre s’est laissé nasser et gazer en rugissant. Ça, c’est fait. Et il valait mieux parce qu’avec les électeurs de gauche ayant une conscience politique, le petit jeu qui consiste à voter pour le moins pire au second tour, ça n’allait plus marcher.

Ainsi, peu à peu, la pensée de gauche dite radicale s’est vue reléguée dans des soi-disant extrêmes. Ça a tellement bien marché que, Mélenchon étant infréquentable, les partis de gauche sont restés désunis, explosés, chacun roulant pour une tête qui devrait faire moins peur, en espérant prendre la place de Mélenchon.

Mais ne nous leurrons pas. Une fois qu’ils auront fait disparaître Mélenchon, ils dégommeront le suivant avec le même zèle. Tant qu’il reste, il protège les autres.

Jadot

Les verts arrivés troisièmes, Jadot semble se voir déjà président. Exit les autres partis de gauche qu’il juge de vieilles carcasses du XXème siècle. Il se croit investi par la jeunesse. Ce n’est vrai qu’en partie. Il est en train de nous faire une Mélenchonite (sans la culture et la connaissance politique).

Et de fait, on en a tous un peu marre de ces partis politiques dont on a l’impression que leur intérêt propre prévaut sur l’intérêt collectif.

Lepen

La Marine Lepen, elle nous fait croire qu’elle aussi veut renverser le vieux système. Or son parti, le Front National fraîchement rebaptisé, il a été créé il y a 47 ans par son père (1972). Comme vieux parti, elle n’a rien à envier aux autres.

Mais là où je veux en venir c’est que, étant donné l’état de division de la gauche et la volonté de Jadot de faire cavalier seul, au second tour, fatalement, nous aurons Lepen-Macron. C’est juste Lepen qui sera devant Macron cette fois. La seule chance qu’elle aura de passer, c’est de faire plus de 50% au premier tour. Heureusement, c’est pas gagné.

Le duo diabolique

Nous aurons donc Lepen devant Macron et Jadot derrière. Et Jadot, que fera-t-il ? Il appellera à voter Macron. Et tout le monde trouvera ça normal. Tout sauf le fascisme ! Et tout, ça sera cette bande d’incapables opportunistes, gentils amis du libéralisme qui fait naître le fascisme. Le fascisme, c’est le vaccin de Macron contre la défaite, pour le maintien au pouvoir coûte que coûte. C’est pour ça qu’il a mis en scène le duel parce que sa survie ne dépend que de la présence du Front Rassemblement National.

En à peine 2 ans, il aura réussi à asseoir son pouvoir pour les 8 années à venir. En fin de mandat, il va peut-être nous faire du Ikéa pour faire plaisir aux bobos verdoyants.

Gilets jaunes

Le seul espoir dans cette soif de renouveau et de renversement de la table résidait dans le mouvement des gilets jaunes. Mais la parole la plus politique ne parvient pas à sortir des rondpoints ou des assemblées citoyennes presque secrètes. Les infos ne circulent que par des micro-médias alternatifs. Ce qui nous arrive aux oreilles c’est juste moins de taxe, plus de pouvoir d’achat et le RIC. Toute la partie nouvelle démocratie est inaudible. J’étais à République samedi près du gros sous-marin jaune des 1500 artistes. Nous étions une dizaine autour de l’engin et je ne connaissais personne. Ils sont où les artistes ? Bref, à moins d’un miracle, d’un sursaut, d’une implication soudaine de la petite bourgeoisie intellectuelle dans le mouvement, je ne donne pas cher de la longévité des Gilets Jaunes. L’empreinte qu’a donné le mouvement dans le vote, c’est le résultat que l’on obtient. On me dira qu’ils se sont abstenus. Encore une stratégie de l’invisible. Comment voulez-vous qu’on avance ?

Bref, 2022, c’est Macron à 80% de chances ou Lepen à 20%. L’un ou l’autre, ça restera le capitalisme autodestructeur au pouvoir pour notre malheur ou notre petit confort minable tant que nous n’avons pas franchi nous-mêmes le seuil de la misère.

Je jette l’éponge

marx

Alors, si l’on additionne les partis de gauche en incluant les écologistes, on obtient 32 %. Mais au vu des débats sur les plateaux télévisuels, ma pauvre pétition pour une union des gauches pour 2022 me semble être la plus grande utopie contemporaine. D’autres s’y sont essayés.

Dans tous ces partis de gauche, tout le monde s’accorde pour dire qu’il y a urgence à faire cette union. Mais chacun voudrait être le chef de celle-ci. Si les Insoumis avait été devant les verts, ils auraient dit, venez tous, on va gagner. Comme ce sont les verts, ce sont eux qui disent rejoignez-nous. Même Faure du PS se propose pour que son parti soit le cœur de cette union. La gauche aujourd’hui, c’est un peu comme EELV d’il y a quelques années : une grosse foire d’empoigne.

La réalité du moment, c’est que la première force politique, c’est l’extrême droite. Mais la différence avec le passé récent, c’est que dans l’état actuel du pays, elle peut prendre le pouvoir en 22. J’estime que les responsables de partis sont assez grands, assez intelligents pour appréhender la situation et en tirer les conséquences.

Alors, mes amis rouges, à force d’être cons, vous allez me faire virer vert, comme un extraterrestre. Il en aura fallu des décennies pour me faire glisser. La girouette était rouillée. Mais ça commence à couiner. Hiiiiicrrrrr Hiiiiiiiicrrrrrrrr

Si c’était une pétition, la signeriez-vous ?

URGENCE. Lettre aux chefs des partis de gauche

IMG_3651

Nous sommes les électeurs de gauche qui pensons que le libéralisme économique, le libre-échange commercial, les restrictions systématiques des droits sociaux, l’accroissement constant des inégalités, la croissance à tout prix, l’agriculture irraisonnée, sont autant d’éléments qui méritent des alternances politiques franches et courageuses, à la fois pour l’écologie et pour un changement de paradigme économique et social.

Ici, les manifestations sont réprimées violemment, les journalistes d’investigation sont envoyés à la police. Ailleurs, la planète prend l’eau de partout, la vie sauvage disparait. La question des migrations ne peut être laissée aux mains des racistes et des clientélistes marchands de murs. Elle demande une analyse économique, démographique et géopolitique qui place au premier plan le devoir de solidarité suivi d’une recherche concertée des solutions internationales.

Changer tout ! Il ne s’agit pas du rêve de quelques allumés, de Gilets Jaunes que vous avez souvent méprisés, mais d’une nécessité mise en évidence par de nombreuses études non partisanes.

Patrons des Insoumis, des communistes, des socialistes de Générations, des écologistes de gauche, il est de votre responsabilité que cette chose soit possible. Chacun est différent par définition. Aucun n’est au-dessus des autres. Aucun n’incarne le chef charismatique attendu par ceux qui s’illusionnent qu’il faudrait un bon chef.

Votre volonté d’aller dispersés à chaque élection anéantit tous nos espoirs et vous fait perdre vous-mêmes à tous les niveaux. Vous nous emportez dans votre vaine bataille d’image. Lui, il est trop violent, l’autre il est pour le nucléaire, Machin, il ne se montre que quand il y a une élection. Mais ce n’est pas la faute à Bidule ou à Truc. Vous êtes collectivement responsables.

Arrêtez vos gesticulations politiciennes, vos stratégies éculées, de vous accrocher à vos petites places d’apparatchiks et redonnez de la noblesse à la politique. Soyez courageux ! Donnez-nous enfin envie de voter !

Qui prendra la tête de cette alliance ? On s’en fout. Faites un casting si vous voulez, choisissez quelqu’un de conviction, de généreux, simple, intelligent et sensible. Une femme ? Démerdez-vous, mais arrêtons le massacre.

En 2022, nous ne voulons pas du second tour de 2017. Nous avons la chance historique d’y être parce que nous sommes en réalité la première force politique de ce pays. Il y a urgence.

Prenez vos responsabilités. Nous prendrons les nôtres.

Et voilà. Je meurs d’envie de lancer cette pétition, mais je ne veux pas être seul à la porter. Pas envie de me mettre en avant. D’abord, la signeriez-vous ? La parraineriez-vous ?

Pensée pour ceux d’en dessous

roses

Ce soir, Intra-Muros à Conflans Ste Honorine ! Je vais me faire une italienne. Ça fait drôle de pas jouer pendant une semaine. Plus que deux la semaine prochaine et ça sera terminé pour moi. Enfin, sait-on jamais. Des petites dates ici ou là ne sont pas interdites.

L’actualité, c’est les Européennes. Et je vais voter. J’aurais aimé voter pour un parti qui est en-dessous de la barre des 5%. Mais ça veut dire que mon vote ne génèrerait aucun élu. Alors, comme à chaque fois, je vais voter pour celui qui est le plus proche avec la certitude qu’il aura des élus. Ces partis de gauche en France sont tristes. Ils ont le même programme mais ne sont pas foutus de faire une alliance qui leur permettrait même d’être devant tout le monde. Ainsi, on va se priver d’une bonne poignée d’élus supplémentaires. La France des egos…

Magnétique et la presse

JTcor

L’attachée de presse de Michel Lafon semble avoir toutes les peines du monde à obtenir des articles pour mon dernier bouquin, Magnétique. C’est vrai que le sujet est assez compliqué à vendre : un mec qui fait des expériences qui prétendent montrer que la pensée peut agir sur la matière vivante. Dans un contexte sociétal où les médias et internet sont devenus les nouveaux tribunaux du bienpensant, il devient difficile de sortir du cadre. Un pet de travers et hop, te voilà banni ou jeté en pâture à la vindicte de pourfendeurs de ceci ou de cela. À l’heure où l’on veut interdire l’homéopathie et bientôt toutes les médecines dites parallèles (vous verrez), magnétique fait figure d’un ramassis de croyances plus ou moins ésotériques qui sentent le soufre.

Je dois dire que, moi-même, je me pose la question. Suis-je vraiment sain d’esprit ? Ne me suis-je pas laissé embarquer dans une croyance un peu folle ? Croire que l’esprit peut agir sur la matière n’est-il pas la marque d’un esprit déséquilibré, déconnecté du réel, un brin mégalomaniaque ?

Voici quelques semaines que je me suis mis à reproduire certaines expériences que je raconte dans le bouquin. En reprenant mes outils de mesures, en remplissant mes petites fioles d’eau, je me suis dit que, si ça se trouve, j’ai passé des années à m’illusionner.

Chaque expérience commence avec la trace de ce doute et le démarrage n’est pas très probant. Et puis je reprends confiance en mon intuition, retrouve mon émerveillement enfantin de la découverte et ça marche à fond. Alors oui, je confirme, ce que je dis est vrai, je n’ai pas écrit des conneries. Je viens de le vérifier à plusieurs reprises.

À bien y regarder, la liberté de penser contemporaine n’a finalement pas beaucoup évolué depuis l’inquisition.

Mon oeil

oeil

Je vis un drôle de truc. Est-ce dû à l’arrêt du tabac ? Les 3 kilos que j’ai pris oui. Mais c’est autre chose. Voilà que, je ne sais pas pourquoi, j’y vois mieux. Je m’en suis rendu compte en changeant mes lunettes. Maintenant, mon œil droit voit aussi bien de loin que de près alors que, depuis la cinquantaine, la presbytie m’avait sauté aux deux yeux. Du coup, je recommence à conduire sans lunettes et n’ai aucune difficulté de passer de la route au GPS. C’est assez étrange comme phénomène. D’ailleurs, je tape cet article sans lunettes. J’avais vaguement entendu dire qu’avec l’âge une autre tare de la vue pouvait venir atténuer la presbytie. Mais dans ce cas, j’y verrais moins bien de loin ou de près. Là, non. Bien partout.

Je vais retourner voir un ophtalmo parce que, du coup (comme on dit à tous bouts de champ aujourd’hui), à l’œil droit, il me faudrait un verre neutre.

Voilà, je balance ça au cas où ça dirait quelque chose à quelqu’un. Et puis c’est une occasion de parler de moi dans les réseaux sociaux sans causer de politique, de mes humeurs ou de mes chefs-d’œuvre, alors qu’en fait, je n’ai pas grand-chose à dire. Chet Baker à la radio. C’est beau. On va pas parler de sa vie parce que, si ça se trouve, c’est pas bien d’aimer Chet Baker.