On voit le bout

IMG_3706

La tournée Intra-Muros continue, mais elle touche à sa fin. Plus que 19 dates encore d’ici la fin mai. Quelle histoire, changer de ville, d’hôtel, de théâtre chaque jour, sillonner la France, jouer pour des salles pleines et bouleversées, se faire complimenter chaque soir, avec une équipe de joyeux plaisantins farfelus.

Je ne cache pas que c’est fatiguant, qu’il tarde quand même que ça s’arrête. Mais, ça restera une très belle aventure, ce marathon. 120 dates. Un bouquin sorti, un film qui se termine, un arrêt du tabac, quelle année, 2019 ! Et j’ai comme dans l’idée qu’elle garde quelques surprises sous le coude. J’aurai du mal à faire davantage dans les années qui viennent. Mais sait-on jamais, sur la lancée…

Mais que se passe-t-il, je procrastine ? Allez, y a la valise à faire. À peine rentré de Saint-Étienne, départ pour dix jours sans rentrer. Dans le sud, cette fois.

La photo du moulin, c’était où, déjà ? Thouarcé, Pays de Loire.

Une pensée pour les maquisards

beurk

Le plateau de Glières, c’est ce lieu ou soldats allemands et miliciens français ont livré bataille ensemble contre un groupe de résistants. C’est là que Macron a choisi de commémorer ce triste événement aux côtés de Sarkozy. Nous entrons dans la phase II de la communication électorale de Macron, la dernière étape de sa stratégie de maintien au pouvoir.

C’est quoi le message ? Pas compliqué voire très simple : Le macronisme consiste à inverser le sens profond des mots pour repeindre ce que l’on fait de plus abject des couleurs d’une pensée généreuse et humaniste. Ainsi, Macron serait-il humaniste, sincère, honnête, engagé auprès des plus faibles, combattant sans cesse pour la démocratie, contre le mensonge, la violence, le fascisme, un résistant…

Tout le monde voit bien que notre démocratie ne s’est jamais aussi mal (com)portée en termes de violence, de pénalisation de l’opposition, d’abandon de pans entiers de nos libertés d’agir, de penser, de s’exprimer, d’enquêter, de manifester, de s’opposer. Au plus haut sommet de l’état on fabrique même des fake-news, des mensonges, des contre-vérités, tout ce que l’on prétend dénoncer par ailleurs. Et pourtant, on fait chanter aux Glières le chant des partisans, chant de la résistance que l’on entend à chaque manif de gilets jaunes. Parce que, les résistants, ça serait Macron et toute la bourgeoisie réactionnaire de droite et de gauche ?

Nous pensent-ils imbéciles ? Oui, sans doute. Dans cette phase, grâce à une stratégie des plus grossières, Macron essaie d’influencer le futur comportement des électeurs en leur faisant croire que c’est lui le garant de la démocratie, de la république et des libertés tandis que tous les opposants sont des fascistes, complotistes, populistes, des porteurs de haine et de violence. Cette stratégie abjecte est évidemment partagée par Sarkozy (la grande union des républicains), mais pas seulement. Aujourd’hui-même, François Hollande formule une mise en garde : un jour, l’extrême droite arrivera au pouvoir en France. Voilà, pas moins de trois présidents pour jouer la vieille rengaine en canon.

Nous vivons une forme de totalitarisme feutré utilisant les mêmes méthodes abjectes que tous les totalitarismes. Mais il se joue ici une partie de billards à trois bandes. Comme je l’ai déjà dit, l’ennemi du pouvoir, ce n’est pas l’extrême droite. C’est la gauche, c’est le socialisme, tous les anticapitalistes qui rêvent de construire un monde plus juste.

Alors oui, l’extrême droite arrivera bien au pouvoir, grâce au travail assidu de tous les capitalistes qui se sont succédés au pouvoir depuis les années 50 sous diverses étiquettes (en dehors de brèves parenthèses qui ont dû fléchir ou trahir).

En bref : Macron serait la résistance (qui fût essentiellement composée de gaullistes et de communistes), il faut attirer l’électorat de droite en invitant Sarkozy. Tout le reste, c’est la peste brune. Votez En Marche ! Votez Macron ! Votez contre les nazis !

L’abjection des macronistes ne connaîtra d’autres limites que celles de leurs ambitions personnelles et de leur opportunisme. Infinie…

L’article commençait bien

IMG-2635

Nous avons joué Intra-Muros ce soir à Saint-Jean de Monts et demain ce sera Les Sables d’Olonne. Plaisir d’aller au boulot en passant par la plage.

Ce n’est pas parce que je suis en tournée que je ne m’intéresse pas à l’actualité. Trois éléments ont retenu mon attention :

1 – Ce député LREM qui se met en marche contre la fermeture de lignes SNCF dans sa circonscription alors qu’il a voté la réforme de la SNCF qui a conduit à cette situation.

2 – Comment on apprend qu’un conseiller de Macron à l’Élysée a diffusé de façon anonyme une vidéo acquise via la police pour tenter d’innocenter Benalla avec en prime un petit montage qui montre un gars lancer une chaise sur les policiers avec la volonté de faire croire qu’il s’agit du gars sur lequel a sauté Benalla. La communication à la Macron.

3 – Comment le procureur admet enfin que la dame d’Attac de 73 ans a bien été volontairement poussée par un policier. Macron et Castaner avaient affirmé sans rougir que ce n’était pas un policier qui avait poussé la dame et il a fallu de nombreux articles et documents vidéo fournis par la presse pour que le procureur admette enfin la vérité qu’il fallait cacher à tous prix (des policiers sont allés intimider la dame jusqu’à l’hôpital).

Trois infos rapprochées qui rendent compte de l’état de mensonge permanent instauré comme règle par la présidence et son gouvernement.

J’espère qu’il y aura un macroniste convaincu pour venir laisser un commentaire laissant entendre qu’on voit le mal partout. Mais non, mon gars, c’est ça la pensée complexe, celle qui s’appuie sur les faits et non pas sur les croyances. C’est bien ça que tu défends, non ? Ben voilà. Quand on a un tel comportement qui crée de la fiction à tous les étages, ta pensée complexe et ta rigueur scientifique, c’est juste des armes parmi d’autres dans votre panoplie autoritaire et anti-démocratique.

Comme diraient les Algériens : dégagez tous !

Tournée encore et tournage

On ne sait plus où l’on est. Vendée, Anjou, deux Sèvres ? Cette semaine, on va jouer du côté de La Rochelle, aux Sables d’Olonne, du côté de Nantes…

Retour express à Paris où je vais me faire filmer pour une matinale de France 2. On va parler Magnétique. Van, train, métro, même pas le temps de se changer.

J’espère avoir le loisir de giletjauner, un de ces quatre. Mais pour ça, il faudra que le mouvement dure encore quelques semaines. Sinon, l’arrêt du tabac, ça tient. On me dit que j’ai économisé 240 euros, déjà, et que j’ai gagné 4 jours d’espérance de vie. J’avoue être plus sensible au premier argument : autant de pognon qui n’ira pas aux macrons.

Manigances : plus que le générique…

manig

Jour de repos ? Pas tout à fait. Il ne manque plus à Manigances que son générique. Nous avons fait l’étalonnage aujourd’hui. On peut dire que maintenant, c’est vraiment dans la boîte.

Demain, nous repartons très tôt car nous jouons l’après-midi pour des scolaires et le soir à Beaupréau en Mauge (49). Et c’est parti pour deux semaines non-stop, sans retour à la maison. Avril sera moins chargé et mai, encore moins. Ouf. Et après, je serai en grandes vacances d’Intra-Muros !

On ne peut pas dire que je sois très présent sur l’accompagnement du livre (Magnétique) mais je reçois des photos de personnes qui l’ont déjà en main ou encore du bouquin dans les rayons de la FNAC Saint-Lazare. Il se démerde donc très bien tout seul.

Flapi

playaBlog à Béber, version journal d’un comédien. La fatigue commence à se faire sentir dans la plus longue côte de la tournée Intra-Muros. Le mois de mars est le plus chargé. On ajoute à ça une crève qui peine à guérir, la sortie du bouquin demain (voir ICI), un casting aujourd’hui pour une série France Télévision, de retour de Laval ce midi avant de repartir demain pour Landerneau. Et il en reste… Bref, je suis en train d’éprouver l’idée de limites.

Allez, lundi prochain (jour de repos) on termine Manigances par l’étalonnage et il n’y a plus qu’à l’envoyer en festivals. Évidemment que je l’accompagnerai avec grand plaisir.

Je ne me leurre pas sur l’idée qu’à la fin de la tournée, en mai, je pourrais être en vacances : on a un long en écriture et je dois monter le documentaire sur Jean-François Stevenin avant l’été.

Je suis certain que vous êtes fatigués rien qu’à me lire. Je vous comprends. C’est chiant les hyperactifs. Et en même temps, je n’ai pas choisi que tout se passe au même moment. J’avais imaginé que Manigances aurait été tourné un an plus tôt. Le livre aurait lui aussi dû se terminer au moment du tout début de la tournée. Dans l’agenda de mes rêves, tout s’enchaînait avec bonheur. Mais le réel a décidé de tout foutre en même temps. On fait avec.

Je pense que tout ça, c’est les services secrets à Macron qui ont voulu m’empêcher de manifester. Ils devaient avoir l’info depuis longtemps qu’il y aurait un mouvement des gilets jaunes et ont décidé de mettre sur la touche tous les vrais gens de vraie gauche en les neutralisant par remplissage d’agenda. Mais oui, bien sûr, c’est ça…

Putain, ça me fait penser que, si ça continue, il va falloir que je case une consultation psy pour burnout.

GD