Ce mec est fou !

danger

Je suis très pris en ce moment sur la confection d’une de mes expériences bizarres que je vais réaliser en public courant novembre. Je suis dans ce domaine en pleine révolution.

Changement de point de vue

Ayant longtemps affirmé que l’esprit pouvait avoir une influence sur la matière vivante, j’ai opéré un revirement intellectuel à 90°. Ce dont je me rends compte au fil des expériences, c’est que l’eau est un élément tout à fait singulier, de par ses propriétés physiques en premier lieu. Beaucoup sont clairement identifiées (3 états, liquide, solide et gazeux, la faculté qu’elle a de créer un champ magnétique de la même polarité que l’aimant auquel elle est soumise – diamagnétisme, propriétés électriques, etc…). Mais il semblerait selon moi qu’elle soit sensible à des informations d’ordre psychique. C’est en tout cas ce que me racontent mes expériences. Du coup, je ne suis plus dans la perspective anthropocentrée de l’esprit humain qui agirait sur ce qui l’entoure, mais dans celle de l’eau comme véhicule d’une forme de conscience.

D’autres ont cherché

Je sais que c’est tout aussi barré d’un point de vue rationnel, mais il y a des résonnances avec les travaux sur la mémoire de l’eau, ceux de Masaru Emoto sur l’influence sur les cristaux de glace, voire même l’homéopathie et ses très hautes dilutions. Ce sont évidemment des domaines très controversés dans les milieux scientifiques, voire même tabous. Mais j’ai l’habitude de ne pas me laisser enfermer par des a priori, dussent-ils être scientifiques.

Ce que je sais, c’est que je mets au point une expérience qui semble montrer qu’il se passe un truc bizarre mesurable et reproductible. Il faut rester prudent et continuer à expérimenter. Mais si ce que j’observe depuis plusieurs mois se confirme, j’espère que ça sera récupéré par d’autres et que ça se saura.

Place au doute

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, je ne suis pas le dernier à douter. Avant d’affirmer haut et fort, je poursuis encore toutes les pistes qui pourraient mener à une explication rationnelle s’inscrivant dans le cadre strict de nos connaissances scientifiques. J’essaie d’identifier et de débusquer tous les biais environnementaux possibles, réduire au maximum les marges d’erreur, les bruits.

À quoi ça sert ?

Si ça se confirme, il faudra que des scientifiques en biophysique, par exemple, confirment et approfondissent les hypothèses que j’avance. De nombreux champs d’application sont possibles, de la médecine à l’agriculture et d’autres encore.

En lien

Dans ce genre de domaine, il y a un très bon dossier dans Sciences et Vie d’octobre sur l’effet placebo. De nombreuses études scientifiques sont menées depuis pas mal d’années et vont jusqu’à montrer que le corps fabrique soudain des molécules de guérison et quelles zones du cerveau sont impliquées. C’est assez fascinant. Ce qui est en jeu n’est pas une simple illusion psychologique comme on a tendance à le résumer, mais la mise en branle réelle de nombreux processus physiques, chimiques et biologiques.

Acteur d’abord

Comme chercheur n’est pas mon métier, demain je tourne mon dernier jour dans groom et lundi dans un autre film. Tout va bien.

De l’air…

IMG-4213
photo bb

Petit retour à la campagne avant de repartir tourner la suite de groom. En dehors d’activités professionnelles et de la continuation d’expériences incroyables sur l’eau (j’en parlerai en vidéo bientôt), je ramassé des cèpes qui furent fort bons et récolté des feuilles de mauve du jardin pour les faire sécher en vue de tisanes d’hiver.

Tout à l’heure, je bloquais sur les abeilles butinant les fleurs de gaura blanc, leur boule de pollen calée sous leur ventre. La campagne, ça calme.

Je précise, afin d’éviter aux jaloux de se faire un ulcère, que les cèpes et la mauve, c’était hier, dimanche. Non, parce que sinon, j’en connais qui seraient prompts à se dire : « putain, les intermittents, ils se la coulent douce ! ». Les gens ont du mal à imaginer la quantité de boulot fourni pour mener de front autant de choses que celles que j’ai en cours.

Groom, c’est de la série !

IMG_4188

Tourné toute la journée pour Groom, une websérie complètement déjantée de Studio Bagel. Sur la photo, Vincent Tirel. Grosse énergie pour le tournage de ce curieux objet qui n’est pas sans me rappeler la série H. J’avais fait un « guest » dans H. Un épisode, quoi. L’inspecteur du guide Michelin. Du coup, il se trouve parfois quelqu’un qui me reconnaît parce qu’il m’a vu jouer dans H, il y a… longtemps.

Le personnage que je joue a quelque chose à voir. C’est un client super chiant. Et je peux déjà vous dire, que ça va faire rire. L’équipe est super jeune, esprit Youtube, à commencer par le réalisateur, Théo bonnet que l’on prendrait pour l’accessoiriste si on ne le voyait pas diriger plateau et mise en scène.

La série se tourne dans un grand hôtel normand grand luxe. J’avais eu le plaisir d’en être le client d’un soir lors de la tournée d’avant premières d’Indigènes. Souvenirs, souvenirs.

Et puis Cabourg, c’est là que le fiston avait récolté, il y a quelques jours son prix.

À peine avais-je terminé de tourner, je rallumais mon portable. S’y trouvait une bien jolie nouvelle sous forme de message vocal. Nous avons obtenu, avec Guillaume G, une aide à l’écriture pour notre scénario de long-métrage de la région Bretagne. L’histoire de notre comédie sociale se déroule à Douarnenez.

Bon, je ne ferai pas la liste complète des bonnes nouvelles. C’est la loi des séries…

Petit conte

1001

Alors, les Kurdes, ce sont des humains, donc. Des hommes, des femmes, des enfants. D’autres humains, ont décidé qu’on ne voulait surtout pas qu’ils aient un pays à eux, avec un drapeau et tout et tout. Alors ces autres humains, les Turcs, ont décidé d’envoyer l’armée, de lâcher des bombes sur les premiers, juste en prévention, pour qu’il n’y ait jamais de Kurdistan. Drôle de façon de régler les problèmes en zigouillant des êtres humains, en bombardant leurs maisons, leurs villages, les obligeant à fuir par centaines de milliers, hommes, femmes et enfants.

Pourtant, les Kurdes, ils avaient largement contribué à stopper d’autres humains devenus fous, faisant sauter des tours, tuant des innocents partout dans le monde. Merci les Kurdes.

Pendant ce temps, dans les pays riches, quelques humains investis de hautes responsabilités disent que ça n’est pas bien de faire une guerre aux Kurdes. Ces humains-là, ceux qui sont investis de hautes responsabilités, ont la particularité de dire et redire toujours ce qui est bien et pas bien. Mais ils sont tellement pris par leurs responsabilités diverses, économiques, sociales, morales, financières, des tas de responsabilités quoi, qu’ils n’ont jamais la force d’agir. Mais soyons justes. Il leur arrive de joindre le geste à la parole. Ils savent attaquer les méchants dictateurs, par exemple. Un méchant dictateur est un humain investi de hautes responsabilités dans un pays pauvre dont le sol regorge de pétrole et de gaz. C’est ça, un méchant dictateur.

Le chef des Turcs, lui, il emprisonne les opposants, les journalistes, les intellectuels, les enseignants mais les humains investis de hautes responsabilités dans les pays Européens ont besoin des Turcs pour empêcher l’immigration. Oui parce que les réfugiés, dans les pays riches, les humains qui donnent les hautes responsabilités à quelques-uns avec des bouts de papiers, ils n’aiment pas les réfugiés parce qu’ils leur mangent leur pain et leurs allocations. C’est ce qu’ils disent.

Alors, les humains Kurdes, ils peuvent bien se faire massacrer, personne n’en a rien à foutre comme on dit dans certaines chaumières.

Casting, épisode 7

cast

Qui qui veut un nouvel épisode de la série Casting ? Allez, c’est tellement drôle et plein de rebondissements, que je le livre. Alors,  je commence par un résumé des épisodes précédents.

  • Je passe un casting pour une joli second rôle.
  • Je suis pris
  • Le lendemain, je ne suis plus pris parce qu’on a pris un acteur régional
  • Après diverses tergiversations, je suis de nouveau pris.
  • Finalement, je ne peux pas tourner car à une des dates, je tourne sur un autre film
  • En fait, je m’aperçois que dans cet autre film, alors que j’ai passé de supers essais sur une super scène, on m’a filé un rôle de silhouette avec 3 phrases. Merde…
  • On m’annonce que finalement, la date de tournage qui m’a empêché de jouer le joli second rôle est déplacée. Trop tard…

Je rêve ? Non non. Heureusement, j’ai pris le parti d’en rire depuis un bon bout de temps. Et, du coup, chaque nouvel épisode est une nouvelle blague pour moi. Je soupçonne Xavier Dupont de Ligonnès d’être derrière tout ça.

Effervescences

effer

Quand je ne poste pas d’article pendant quelques jours, on peut penser que je ne fais rien ou que je déprime. Absence = vide.

En fait, si je n’écris pas depuis quelques jours, c’est que si j’avais dû écrire, j’aurais fait trois articles par jour. État d’effervescence.

Certaines choses m’ont meurtri. Ce fonctionnaire de la préfecture qui achète un couteau et tue ses collègues par délire religieux. Cet autre malade qui, en Allemagne, tue parce qu’il n’aime pas les juifs, les étrangers et les femmes. Ce président qui part tuer les Kurdes parce qu’il a peur qu’ils revendiquent leur autonomie alors qu’ils ont été les plus vaillants contre le terrorisme. Toute cette connerie meurtrière m’affecte en tant que membre de la communauté humaine. Mais qu’écrire encore sur le sujet, si ce n’est crier ?

Aux antipodes, je suis excité, joyeux, heureux, passionné par les dernières touches que je porte à une expérience avec de l’eau que je vais mener en public samedi pour une conférence que je vais donner au GNOMA (congrès de magnétiseurs) et autour de mon bouquin. Cette expérience que j’ai mise au point, elle raconte des choses extraordinaires. Elle nous dit que nous sommes vivants, en même temps qu’un lien très fort nous unit avec tout ce qui est vit, êtres, animaux, plantes, eau. Méditation. Autre sphère.

Mais en même temps, je me rends compte que le rôle pour lequel j’en ai raté un autre pour cause d’indisponibilité, est à peine une silhouette. Déception, ironie.

Je pourrais raconter les deux spectacles que je suis allé voir : Une Suite Française avec la copine Guilaine Londez ou encore l’Abîme mis en scène par Thomas Ostermeyer. Le plaisir d’une petite boîte de théâtre pleine de vie pour l’un et pour l’autre, le regard d’un médecin légiste sur la vacuité abyssale du monde que nous nous sommes fabriqué. Remarquable.

Après la projection de Manigances, les bonheurs de comédie de Paul, la vie m’a trop sollicité pour que je prenne le temps de raconter. Vive les silences du blog ! Ils témoignent du plein de la vraie vie.

Le jour où Paul est devenu acteur

paul

Hier fût une journée faste puisque mon fils cadet, Paul, a décroché un prix d’interprétation dans un festival de théâtre à Cabourg.

Quand on n’a pas de prix, on se dit que c’est génial ou que bof, et alors ? Mais dans la famille, nous ne sommes pas les plus sûrs de nous. Le doute et la quête de reconnaissance, on connaît, on se transmet tout ça. J’ai ma part de responsabilité. Alors, un truc comme ça, ça vous enlève ce fameux doute qui empêche pour un petit bout de temps.

Fier de lui, mais surtout tellement heureux qu’il reçoive ce message de légitimité. C’est quand même le seul mec de sa promo à ne pas avoir d’agent.