Géranium

Juin est arrivé, beau, chaud, les terrasses, les cinémas.

Ayant réalisé enfin qu’un blog était totalement contreproductif, je décide de le fermer. De la fermer. Exprimer ses opinions, raconter sa petite vie (jamais trop privée quand même), je l’ai fait depuis 2004. 17 ans à me répandre. Résultat des courses ? Désocialisation assurée, étiquetage politique, suspicion répétée de dépression latente. Fake. 

Notre société prenant le virage que nous connaissons, tant au niveau des libertés accordées par le pouvoir que de celles accordées par nos congénères (entre pensée unique dictatoriale et délire complotiste, sans parler du racisme ambiant), le meilleur parti est de réserver l’expression de son incarnation aux relations de visu, avec les vrais gens. Bon, quand tu prends le métro, tu te demandes où ils sont, les vrais gens, tant chacun se tient tête baissée sur son écran.

Je vais donc tenter de relever la tête. Pas si facile.

Je ne me reconnais pas dans ce collectif dépolitisé, qui roule ou rêve de rouler en SUV trapu, aux lignes agressives remontant vers un cul large à petite fenêtre, les phares aux sourcils froncés, les yeux se limitant à une ligne hargneuse visant un futur dont j’ignore la consistance. Le design des voitures raconte l’esprit d’une époque. Il est le fruit du marketing. Et le marketing s’applique à ressembler à nos désirs et à nos projections imaginaires. Je suis d’une époque où l’on aimait les habitacles spacieux et ouverts grand sur le monde.

À quoi bon continuer à affirmer un contre-courant, un décalage ? Autant le vivre, tout simplement, sans besoin de l’affirmer comme un hypothétique modèle, un rempart contre la dégringolade, une digue contre la submersion de la connerie. Bien trop freluquet pour prétendre faire digue. Manque d’humilité. Et puis nous sommes toujours nous-mêmes des cons aux yeux d’autres cons. Seule une forme de silence peut empêcher, ou du moins éviter. 

Quel plaisir de revoir des gens dont on n’avait plus de nouvelles.

Je maintiens le blog. J’ai payé pour ça. Mais qu’on ne s’étonne pas si je l’alimente peu. Je garde mes liens aux réseaux sociaux pour y faire ma com, comme tous les coms de mon espèce : photos de tournages, signatures de livres, publications d’expériences, images positives qui font envie. Si je la raconte moins, ma vie n’en est pas moins chargée.

7 réflexions sur « Géranium »

  1. Héééé… fais pas peur comme ça !! Ton blog, c’est de l’oxygène que tu nous envoies, en même temps que tes nouvelles et tes pensées ; te lire est toujours un plaisir. Même lorsque tu es de mauvaise humeur 😉 !!

    J'aime

  2. Mouais…..
    Je m’en fous, je préfère les JEEP..;.Ouvertes sur le monde, et sans fenêtre ( les vraies, pas les nouvelles)
    Bon, ben quand ça ira mieux, tu trouveras une autre façon de partager tes humeurs,….
    Et au fait, tu as arrêté la cigarette ? Non ? Ben c’est comme ton blog….
    Tu disais ? …… 😉

    J'aime

    1. Ce n’est pas une blague. Vous voyez bien que depuis quelques temps, je poste beaucoup beaucoup moins d’articles. Plus rien à dire parce qu’il n’est plus possible de parler. Ce qui ne m’empêchera pas d’annoncer deux ou trois choses en développant un peu. Quant au tabac… j’y pense. Et puis j’oublie.

      J'aime

  3. Camarade !
    En voilà un vieux terme tant symbolique, relatif à tout ce que tu viens de nous écrire, car le sujet est bien là : la déliquescence graduelle de la Société. Et ses excès actuels en le domaine du très déplaisant pour les humains que nous sommes.
    T’as un blog, tu évoques ta vie professionnelle et « tes autres vies » (histoire d’Eau), tu publies tes opinions – toujours honnêtes et argumentés, te concernant.
    Et en retour, parfois, tu te prends bien dans la gueule des salves émanant de trouduc’s. Sans compter le fait (je pense) que cela a pu parfois te porter tort pour ton métier…

    Celles et ceux qui te connaissent sont friands de ce que tu racontes, alors que d’autres – certainement né(e)s dans un berceau noyé de fiel amniotique – te vilipendent (par les pieds).
    Audiard conclurait par « Ah les Cons ! Tous de putains chefs d’escadrilles ! ».

    Alors poste quand t’as envie, et ce dont tu as envie, avec toute l’irrégularité dont tu as envie, et toujours en toute liberté et avec envie !

    Tes vieux potes et potesses seront toujours là pour te lire et t’accompagner affectueusement dans les années qui viennent.
    Une sacrée putain de réalité 2021 dont tu peux être bien certain !

    PS : Petit Balou, maintenant devenu sourd et aveugle (il a 15 ans et demie – il n’en a plus pour très longtemps le pauvret…), s’affaissant du fessier à chaque pas qu’il fait, vient cependant dans un aboiement retenu de me dire qu’il soutenait ta démarche. Un sacré Camarade mon Petit Balou !

    J'aime

  4. Comment ? Qu’ouï-je ? Nous laisser en rase campagne ? J’en serais désolée car ce blog est AUSSI une fenêtre ouverte sur un autre monde que le sien et ça fait du bien.
    Cependant, si les rideaux s’écartent un peu moins souvent, que le « voisin » se penche moins souvent à la rembarde, ce n’est pas grave… si on sait que la maison est encore habitée et pleine de vie.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s