Bienvenue dans le monde des festivals !

J’ai vécu une nouvelle fois l’épreuve du jury de courts-métrages en distanciel. Cette fois, c’était pour un jeune festival (Regain) de Fos-sur-Mer. Il avait été demandé à ceux qui voulaient de faire un court-métrage ayant pour thématique Fos et l’environnement. Un festival ouvert donc à tous. Des films généralement auto-produits. 

Dans ce cas, il ne faut pas s’attendre à voir des films bien ficelés et bien réalisés. Ils sont souvent le reflet de ce qu’imaginent les gens qu’on attend d’eux. Pas mal de naïveté, d’application à faire comme l’on croit qu’il faut faire. Et puis la tâche était ardue : parler de l’environnement dans un lieu hautement industriel et réputé pour sa pollution. Celui qui s’est le mieux sorti du guêpier, c’est un réalisateur qui a osé le documentaire en allant chercher la parole des gens qui vivent sur place. On y retrouve le paradoxe d’une population qui a subi de plein fouet les effets de la pollution et qui a bénéficié par ailleurs de la situation : avoir du travail grâce à l’industrie. Demeure pour ces gens un fort attachement à leur territoire, difficilement compréhensible pour un point de vue extérieur trop manichéen.

Mon coup de coeur aura été pour un film d’animation en dessins découpés réalisé avec les enfants d’une maison de quartier. Ils imaginaient comment résoudre les problèmes de pollution avec leur imagination d’enfants. Aucun n’imaginait quitter les lieux. En revanche, les solutions étaient totalement hilarantes parfois et très sages et censées à d’autres moments. Très touchant, cette parole qui veut réparer coûte que coûte. 

Résultat : Prix du jury pour UN ÉCRIN DE SAGESSE de Julien Lawin et mention spécial pour FOS LAND de la maison de quartier du Mazet.

Merci à Jacques Brunie d’avoir lancé cette initiative citoyenne.

3 réflexions sur « Bienvenue dans le monde des festivals ! »

  1. Mon court-métrage à moi – non proposé, non primé – se passait en bord de fleuve.
    Les eaux envahissaient tout. Furibondes qu’elles étaient. Boueuses et tourmentées.
    Les vieux frênes, présents en berges depuis plus d’un siècle, s’en trouvaient déracinés. Et notre enfance, avec.
    Et partaient en le fleuve comme un simple fichu, vieux arbres et enfance perdus.
    Les Vieux – béret mal ajusté – assistant à cela, ne croyaient même pas ce qu’ils voyaient !
    Mais ce court-métrage, tant climato-réaliste, n’a pas été retenu…

    J’aimerai que dorénavant la conscience artistique rejoigne la réalité écologique, sur le plan scientifique, bien évidemment.
    Car l’union de ces deux Intelligences tirera toujours vers le haut notre Société.
    Sinon… on part tous à vau-l’eau !

    J'aime

  2. Merci Bernard pour ce retour d’expérience… le distanciel n’a pas empêché une exposition des différents points de vue et une unanimité sur la sélection en général, le Prix du Jury en particulier et la mention spéciale qui n’était pas prévue. Rendez-vous le 18 septembre 2021 pour la diffusion publique des 6 films de la sélection sur grand écran, en présence du Jury cette fois…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s