Un virus ne doit pas nous faire oublier le reste

Je connais deux personnes qui m’ont témoigné de ce qu’est la macronie au quotidien pour elles. L’une d’entre-elles sort d’un licenciement négocié. Six mois de carence avant d’avoir droit au chômage. Problèmes de dos. Une opération. Arrêt de travail obligatoire. Du coup, elle va toucher un demi-salaire de la sécurité sociale pendant son arrêt de travail et, du même coup, elle se retrouve radiée de Pôle Emploi. Son inquiétude, c’est que sa nouvelle inscription au chômage après la maladie va repousser encore la carence et engendrer un nouveau calcul (à la baisse) de son indemnité future. Conclusion, moins ça va, plus on t’enfonce. Mais, au fait, l’allongement du délai de carence pour le chômage, c’est un certain François Hollande qui était président quand ça a été voté.

La seconde personne est une femme retraitée et militante. Il y a deux jours, ce sont les gendarmes qui sont venus la chercher chez elle pour l’amener au poste. On a une photo de 2019 sur laquelle on voit votre voiture à proximité d’une manifestation illégale. On vous soupçonne d’être l’organisatrice de la manifestation non autorisée. Alors, ça, c’est pas Hollande, c’est le fruit de la dérive autoritaire d’un état qui, sous la présidence de Macron, grignote régulièrement nos droits fondamentaux et nos libertés.

J’ai beau travailler à ravaler ma colère (c’est pas bon pour la santé, la colère qui ronge) et à relativiser le merdier, il y a des jours où l’on a envie de lancer quelque insulte à ceux qui organisent minutieusement l’injustice sociale.

Mais je ne vais pas terminer sur une note aussi sombre. Pour la première fois depuis un an, je suis allé chez la coiffeuse. Moi qui d’habitude ne moufte pas, j’ai papoté, profitant que le Covid ait vidé son salon.

Zut, j’allais oublier. Vous voulez voir la courbe des chiffres de réanimation ? No comment…

6 réflexions sur « Un virus ne doit pas nous faire oublier le reste »

  1. Aaaah…, notre bon François et le Manu, belle équipe de bras cassés.
    Désolé, c’est un peu réducteur.
    Car d’un côté je pense que l’on avait un poil de bonhommie rondouillarde (façon « bon père de famille »), et aujourd’hui, il nous reste un énarque un poil pédant.
    Si je résume et simplifie, c’est juste une histoire de poils, pas très au poil.
    Et au final, chacun en chie sa misère !
    Demain, ma petite fille, Lise, a 8 ans.
    Elle sera heureuse de célébrer ceci, insouciante qu’elle est.
    Mais je m’inquiète grave pour son « plus tard »…

    J'aime

      1. Toi-même bb !
        Je déconne, c’est juste une insulte d’affect.
        Car « Con »… Oui ! Je l’espère être à jamais. Qualificatif qui me charme.
        Au plaisir de l’Être ! (je ne brigue même pas le Capitanat).
        Dans le sens philosophique et révérant, bien sûr : « Putain… Quel superbe Con! ».
        Où l’insulte apparente, s’apparente à un vrai compliment…
        Peut-être une future épitaphe sur ma tombe…
        « Vieux », on attendra encore un peu… hein ?
        N’est-il pas !?…

        J'aime

      2. 🎼… »jeunes cons d’la dernière averse, vieux cons des neiges d’antan… »🎵🎶 Liberté de ton et de paroles. A chérir !

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s