Vivement quand même que ça se termine…

2020, je crois bien que je l’ai commencée comme je la termine : à bosser sur ma découverte sur l’eau. Et puis il y a eu le confinement. Il a commencé par une angoisse lourde, la peur de perdre des proches, de mourir. Il y a eu quelque chose d’apocalyptique dans les premiers jours. Et puis est apparu Raoult. Tout a changé à cet instant. On avait d’un côté les scientifiques qui mentaient sur les masques pour couvrir leurs manquements dans la gestion des stocks et de l’autre, tous ceux qui voyaient en Raoult le sauveur providentiel.

Nous avions tous enfin des raisons de penser, de nous battre, d’espérer, de contester… la vie, quoi !

La suite de la bataille a été d’une tristesse affligeante, assassinat en règle pour les uns, fanfaronnades pour l’autre. Nous avons compris que la vérité scientifique était toute relative et que le gouvernement naviguait à vue, plus ou moins bien conseillé.

On a vu Édouard Philippe se faire virer parce qu’il faisait de l’ombre, remplacé par une personnalité plus fragile à tous points de vue.

Pendant ce confinement, j’ai partiellement laissé tomber mes expériences pour m’amuser à faire des chansons et des clips tout pourris. Bien amusé.

C’est là aussi que s’est décidé l’écriture d’un livre autour de ma découverte sur l’eau pour les Éditions Eyrolles. Sortie prévue au printemps prochain. J’ai bien avancé.

En juin, je suis allé tourner en Suisse dans un beau court-métrage de Lou-Théa Papaloïzos. Un bol d’air incroyable dans les alpages pour un projet artistique fort. Il fût loin, le confinement !

Et puis je suis retourné à mes expériences et à la vie normale. L’été est arrivé puis il est passé, comme ça.

À l’automne, je tournais dans un autre court-métrage en banlieue parisienne, celui de Francis Magnin. Une comédie romantique sélectionnée à l’Alpe d’Huez. 

En octobre, c’est la retraite qui est arrivée avec la déception quant à son montant dérisoire. Une vie de liberté se paie fatalement. Mais ça va.

Et puis le second confinement confus est arrivé avec la certitude qu’on en aurait encore pour des mois. Quand ça se calme chez nous, ça redémarre chez les voisins et ça revient chez nous…

Belle expérience de jury Zoom pour le festival d’Aix-en-Provence. Belles rencontres à distance.

Enfin, il y a eu ce truc totalement inattendu : Philippe Claudel qui veut me voir jouer dans son film, Le bruit des trousseaux. Une parenthèse enchanteresse, tant du point de vue humain qu’artistique.

Et voilà que 2020 compte ses derniers jours. Ils allongent.

1 réflexion sur « Vivement quand même que ça se termine… »

  1. Sacré parcours malgré tout. Finalement, tu ne t’en tires pas si mal…
    Tu nous as fait des simagrées avec ta tondeuse.
    J’ai même pas pu récupérer mon ballon de foot dans ton jardin.
    T’as encore réussi des expériences de dingue (savant) rien qu’avec de la putain de flotte (quand est-ce que tu passes au Pomerol !?).
    Et puis tes courbes… Tes Courbes. Qui nous permettent d’être parfois moins dupes.
    Quoique qu’on n’est pas des couillons non plus. On est né avec un cerveau, figure-toi.
    Mais bon, c’est bien coolos de se l’entendre vérifier.
    Et que d’une manière ou d’une autre, tu nous fasses le plan.

    Après, on a bataillé. En tout point de vue. Ça c’est bien vrai.
    Mais même pas en Politique. Vu qu’on n’a plus (Nous Le Peuple) notre mot à dire.
    Quand la Démocratie se dé-démocratise… !

    Et Castex est arrivé, le nouveau « bouclier de Macron »…
    Il est gentil Castex. Ferait pas de mal à un Canard gras.
    Accent très charmant, certes… mais quel charisme et poids a-t-il… !?

    Putain ! je me casse au ponton !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s