Pour un premier jour de sortie de plus d’une heure…

Alors, j’y étais. Il faisait beau. Coincé plus d’une heure rue Faubourg du Temple tellement il y avait de monde. Plutôt joyeuse, la manif.

Petit moment magique : un copain m’appelle. Je n’entends pas le téléphone dans ma poche mais je me cogne à lui (pas au téléphone, au copain !).

Je ne sais pas si la télé dira qu’il y avait beaucoup de monde, mais les premiers arrivaient à Bastille que la place de la République était encore pleine de monde.

Non à la loi « sécurité globale » !

6 réflexions sur « Pour un premier jour de sortie de plus d’une heure… »

  1. « Sécurité globale » comme les « Lois scélérates »….une fois adoptées, ont la vie dure.
    Celle du 12 décembre 1893 (apologie du terrorisme, délit de presse) a été remplacée en 2014 par la loi 421-2-5.
    La loi du 15 décembre 1893 (association de malfaiteurs) a été abrogé en 1983 et rétablie en 1986.
    La loi du 28 juillet 1894 (contre l’anarchisme qui visait autant les non-violents que les violents) fût abrogée en 1994 lors d’un « toilettage » du Code Pénal…La loi sur le « Séparatisme » est du même tonneau mais en ayant pour cible ‘l’islamisme ».

    Des « lois » qui protégent les représentants du pouvoir, limitent les droits de la presse et des oppositions, existent. Pourquoi en rajouter?

    J'aime

  2. Bien que tu n’aies pas très bien positionné la grosse flèche blanche, grâce à mes lunettes de très haute qualité j’ai réussi à te trouver Charlie, euh… Bernard. (Tu aurais pu te raser).
    J’espère que tu as bien respecté l’article 24 et n’as pas fait des vidéos en tous sens, ta manie de « court-métrageux » et documentaliste qui finirait par te conduire au « poste ».

    Ben oui… c’est que c’est important l’Ordre. Faut protéger ceux qui le font régner. Eux qui nous disent qu’ils nous protègent du Désordre (je me demande d’ailleurs bien ce qu’ils foutaient tant la foule était nombreuse et pas très bien alignée. Toi-même était mal aligné sur la photo. Si-si… ça se voit.).

    Et puis t’as les donneurs d’ordre… qui ordonnent le désordre et désordonnent l’Ordre qu’ils souhaitent ordonner.
    Ordonnons, ordonnons ! clamaient Darmanin, Lallement et Macron, lançant tout de go leurs troupes sur le pavé de Paris et d’ailleurs.
    La définition du paradoxe atteint ici son apogée.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s