Lettre à un copain de gauche (s’il en reste)

Si tu veux, il y a encore 2 ans, quand on ramenait sa gueule, c’était pour critiquer une loi, une décision, une attitude, la répression. On était proche d’un courant politique dans lequel on se reconnaissait. Bref, on avait des repères. On connaissait les méchants. À chacun ses méchants, bien sûr, mais il n’y en avait pas tant que ça.

Mais là, tu vois, il se passe un truc chelou. Les gens se méfient de tout et de tous, n’ont plus confiance en la politique, en rien. Et quand il n’y a plus de confiance en rien, les gens, ils installent le premier dictateur qui passe. 

Pour nous, les mecs dits de gauche, on avait le Poutou ou le Mélenchon. Mais qu’en reste-t-il du Mélenchon aujourd’hui, des Insoumis ? Oh, ils sont là, bien sûr. Tu as le Ruffin qui ne manque pas une occasion de montrer qu’il est hyper gentil et super en colère contre ces gens qui ne connaissent même pas le prix d’un kilo de pâtes. 

Non, tout ça c’est fini, c’est totalement passé de mode. Et la bestiole n’a pas arrangé le truc. On est tellement gouverné à vue, à coups de com, que plus grand monde se sent représenté. 

Tu trouves pas dingue comme ils se barrent tous dans des délires ? La pensée politique est en train de devenir de la science-fiction. Sans déconner, pour les nouveaux révolutionnaires, la dictature, c’est porter un masque, Bill Gates veut tuer tous les pauvres, Trump est un mec bien, ils ont peur qu’on les vaccine de force pour leur mettre des puces (comme s’il était question que ce soit obligatoire. Ça va être obligatoire ?)… bref, la pensée est en train de se barrer en couille, on dirait. Ça vire au grand n’importe quoi. T’as vu le dernier truc ? Le virus serait sorti d’un laboratoire chinois, c’est sûr maintenant. Comme si j’en avais quelque chose à foutre qu’il sorte d’un labo ou du cul d’une fouine !

Tu crois pas qu’on devrait se virer d’Internet ? C’est là que ça dérape, qu’ils partent en vrille. Qu’on part en vrille, tous.

Pour nous, c’était pas trop compliqué. T’avais ceux qui s’engraissent sur le travail des autres et leur consommation d’un côté et tous les autres, dont 90% s’appauvrissent et à qui on rabiote des droits chaque jour. C’est plus vrai, tout ça ? Ben on dirait. C’est vrai que t’as les GAFA, maintenant. Mais les GAFA, c’est quoi ? Ben c’est Carrefour d’hier, en plus développé. Ils continuent le boulot : se faire du pognon sur la consommation de masse. T’as d’autres personnes qui pensent que le problème c’est les étrangers qui bossent au black, touchent des allocs et le RSA, tout ça pour nous tirer dessus à la fin. Je rigole pas, on en est là de la pensée.

Tu sais quoi ? On est en train de redevenir des bêtes, de simples animaux.

J’ai bien peur qu’on soit bientôt obligé de se contenter de ronchonner autour d’un verre de rouge, sur un ponton en bord de Garonne. Sinon, ils finiront par nous foutre en taule pour terrorisme.

Et le Covid, j’en pense quoi ? Ben, là, je sèche un peu. Quand les nouveaux penseurs disent que la mortalité est exagérée, je dis peut-être. Mais je regarde les courbes, tu me connais. Non, ce qui semble évident, c’est qu’ils flippent de n’avoir pas les moyens de soigner dans les hôpitaux. À cause de leur politique et de celle de leurs prédécesseurs. Ils n’ont pas le temps de former des médecins et des réanimateurs. Il faut faire avec ce qu’on a fabriqué. Je crois que ça se résume à ça. Quant à leur confinement où en même temps on travaille ou on va à l’école et on reste chez soi, ‘faudra m’expliquer la logique. Mais j’y connais rien. Je ne suis pas charcutier.

7 réflexions sur « Lettre à un copain de gauche (s’il en reste) »

  1. Rassure toi Bernard, il en reste des amis à Gauche, surtout quand ils sont Insoumis, qui sont là pour s’opposer aux amalgames les plus puants envers des français qui en plus d’être pauvres sont musulmans (quand ils sont riches bizarrement la France les accueille beaucoup mieux), qui s’indignent de la pauvreté qui grandit dans notre pays quand une minorité se gave, qui s’opposent à la fermeture des lieux culturels et à un régime de plus en plus autoritaire avec un président qui se passe du parlement…vivement une sixième république. Il a manqué 600 000 voix en 2017 pour l’obtenir…espérons que les gens de gauche et écologiques ne fassent pas la même erreur et soutiennent cette fois ci le candidat insoumis qui peut seul rassembler et faire gagner nos idées. C’est possible agissons pour. Amicalement.

    J'aime

    1. Attention, Lionel, il faut entendre le peuple et voir le complotisme d’extrême droite se saisir du vocabulaire révolutionnaire (résistons, révolution…). Tout devient plus compliqué, il me semble.

      J'aime

      1. Bonjour, je te trouve un peu pessimiste. Il y a une bataille culturelle qui se mène actuellement du côté de la droite et extrême droite (voir cnews et consort), et le gouvernement est dans la danse, et surenchérit.
        On peut se dire que c’est un tremplin pour Le Pen, mais c’est aussi une clarification. Et je souhaite que la bataille culturelle des insoumis, plus difficile à mener car sans le soutien des médias montre son efficacité. Imagine que les insoumis d’existent pas, avec un programme , on aurait quelle force actuellement avec les outils pour se battre de façon déterminée contre les fascisme ambiant.

        J'aime

      2. Je me soucis moins de Mélenchon et des insoumis (pour l’heure) que de ce mouvement que je vois monter en mp et qui génère une adhésion enthousiaste (une extrême droite déguisée en révolutionnaire). Je trouve qu’on fait trop l’autruche, comme on l’a trop souvent fait (pas moi) pour le mouvement des Gilets Jaunes. Cette colère qui s’organise et commence à fédérer, elle est à prendre en compte au lieu de faire et de dire comme si de rien n’était. C’est tout ce que je dis.

        J'aime

  2. Pour acheter le Rouge, c’est ok, y a l’attestation pour aller aux courses mais si le ponton est à plus d’un km de chez toi, t’es niqué !
    Et pour la Gauche, y a pas une vibrisse de souris qui frisotte, juste deux-trois péluques qui gigotent du verbe, parfois pour dire pas grand-chose, juste pour exister encore un peu…
    En tout cas, j’ai un tire-bouchon.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s