Nouvelle lettre aux complotistes

Il ne se passe pas un jour sans que je constate qu’une de mes connaissances véhicule un discours complotiste. Ça me chagrine. Alors, de temps à autres, je fais une lettre, comme celle-ci. C’est peut-être naïf et puéril. Je sais pas.

Chers complotistes,

Comme par hasard (vous aimez bien commencer vos affirmations par « comme par hasard », hein !), les théories complotistes sont générées et diffusées par les plus grands menteurs du monde (Trump, Poutine, Bolsonaro, le RN). En poussant votre façon de raisonner (si l’on peut parler de raison), vous ne trouvez pas que c’est louche que ça vienne d’endroits où l’on ne respecte rien, où l’on ment, où l’on assassine ? Je ne sais pas mais, à votre place, je me poserais quand même la question. Elle pourrait presque se résumer à « et si le complot, c’était eux, ceux qui nous encouragent à devenir complotistes ? ».

Dans votre discours, vous employez souvent les mots de liberté et de dictature, alors que les chefs du complotisme susnommés sont les personnages les plus proche de comportements dictatoriaux. Pour vous, souvent, le mot liberté est attaché à la critique port du masque (objet dérisoire quand on sait ce qu’a été la lutte pour la liberté dans bien des moments de notre histoire). Mais le plus souvent, il s’agit pour vous d’autoriser les discours racistes, l’antisémitisme et les valeurs morales des intégristes religieux d’un autre temps. Un grand nombre de choses que vous dénoncez ressemble comme un copier/coller aux discours des années 30 qui nous ont conduit au fascisme.

Sous prétexte d’être antisystème, vous vous mettez à vomir la démocratie. Une grande guignolade, pour vous.

Sur ce point, parfois, je ne suis pas très loin de penser comme vous. Et il m’arrive de le dire. Sauf que je préfère me tenir prioritairement à des valeurs humaines que j’estime au-dessus de tout : la soif de vérité, de justice et de partage. Or, vos critiques du système sont souvent mues par des valeurs autrement moins généreuses, souvent haineuses, dans lesquelles les plus fragiles et ceux qui ne pensent pas comme vous sont à exclure. Votre conception antisystème est juste mortifère.

Vous vous plaignez de la bien-pensance et de ses effets oppresseurs. Je suis d’accord avec vous. Mais, entre le discours haineux et la bien-pensance, de deux maux, j’ai vite fait de choisir le moins pire. Ce qui ne m’empêche pas de dénoncer l’un comme l’autre.

Penser, c’est analyser, pousser toujours plus loin la compréhension des effets et des causes, chercher toujours à savoir d’où vient ce qui est dit, tenter de garder toujours son libre-arbitre. Mais il semblerait que vous vous pressiez à propager toujours plus vite et toujours plus aveuglément les pires mensonges vendus comme vérités cachées. Vous me faites peur.

Ne voyez-vous pas que notre monde est en train de ressembler à celui décrit par Georges Orwell, dans lequel nous sommes traqués, toutes nos informations collectées et utilisées à des fins commerciales ou de propagande ? Les conneries que vous partagez rapportent du pognon à ceux qui les inventent. Votre aveuglement concourt à l’édification de ce monde imbécile car il tue la pensée, la responsabilité individuelle. La pensée s’amenuise de jour en jour. Plus rien ne semble vrai. Chacun dénonce l’autre de fake-news, de fausse information. Et au bout du compte, il n’y a plus d’information. Ne reste qu’un vague bruit proféré par des abrutis de toutes parts. Y compris par moi, sans doute.

Chers complotistes de toutes origines, de toutes classes, parfois des amis, songez seulement quelques minutes à ce à quoi votre révolte conduira. Ça ressemble à la dictature. Un monde où l’on enferme ou tue ceux qui sont différents ou ont des pensées rebelles.

Vous me direz que les démocraties actuelles ne font souvent pas mieux. On y enferme et on y tue de façon propre, symbolique, par la création « d’affaires », de lynchage médiatique bien orchestré par de braves petits soldats de l’information. C’est pas faux.

Pour ma part je fais le choix de me battre, d’ouvrir ma gueule, mais pour que plus personne ne soit enfermé ou tué au nom de ceci ou de cela ou de quelque différence. Ça ne veut pas dire faire le bisounours et ouvrir les prisons pour libérer tous les malfrats. Les valeurs de justice, de vérité et de partage, valent pour tout et pour tous. Comment renoncer à sanctionner quiconque enfreindrait la loi commune ?

Bref, si je partage quelques-uns de vos constats, je ne partage en rien la finalité de l’ordre que vous semblez vouloir instaurer, sans y penser, de façon indirecte et nonchalante. En fait, votre attitude ne dérange personne. Elle assure même la continuation du pourrissement du monde.

7 réflexions sur « Nouvelle lettre aux complotistes »

  1. « Comme par hasard », si un con s’assoit sur un plot (juste derrière le panneau avec l’arrêté municipal affiché, indiquant qu’il est interdit de s’y asseoir), est-ce que je peux crier au complot ? Et dénoncer cette loi interdisant le plot, con ! ?
    Y a-t-il un mouvement complotiste contre le « frappadinguisme » ? ou contre ceux qui auraient décidé d’uniquement marcher sur la tête ?
    Je cherche… je cherche…

    Aimé par 1 personne

  2. le problème essentiel du complotiste est de confondre la cause et l’effet… Ainsi, qu’un gros financier anticipe ou profite de l’opportunité d’un événement tel que le Covid19 aujourd’hui pour investir là où ça rapporte ou peut rapporter gros, rien de plus « naturel » dans le capitalisme libéral. Mais de là,peut-on avancer sans risque qu’il en a induit la cause ? A vouloir trop dénoncer, on ne dénonce plus rien car d’une évidence démontrable on passe à de pures suspicions et on ouvre largement la porte à la critique destructrice de nos dires.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s