bien, bien, bien

On s’en fout un peu et ça ne regarde personne, mais j’écris. Comme je n’écris pas très bien, j’écris un jour et le lendemain je reviens sur ce que j’ai écrit la veille. Il va falloir que j’active un peu un rythme plus soutenu si je veux tenir les délais. Et comme c’est une période où je m’aime encore moins que d’habitude, je passe mon temps à juger ce que j’écris. Bref, les affres de l’écrivaillon, quoi.

C’est sans doute ce même état d’esprit très autocritique qui m’empêche de poster des articles rebelles sur tel ou tel sujet politique ou social. Il y aurait tellement à rire jaune quant au traitement gouvernemental de la crise sanitaire que je ne vois pas bien en quoi mon opinion pourrait avoir un quelconque intérêt.

Ce matin, au café du coin, je croise un agriculteur que va récolter 30 au lieu de 115 à cause du manque d’eau. Il porte sur lui une angoisse. Voyons, voyons, soyons Trump : Fake News ! Tout va bien. 

C’est moi ou tout ne va pas si bien, en fait ?

11 réflexions sur « bien, bien, bien »

  1. Voilà, voilà, voilà. C’est exactement ça. Tout ne va pas si bien. Et si en plus tu t’aimes moins…
    Allez, l’écrivaillon qui rit jaune, au clavier ! Ce monde en délire a besoin de ta jugeote 😉

    J'aime

  2. ben c’est drôle comme nous sommes sur la même longueur d’ombres….
    moi aussi je tente d’écrire et chaque jour je sors mes outils et je coupe, polis, remplace ; ça sonne pas si bien que ça, ça chante pas trop alors ?????
    et carrément faut se sortir les pieds du sabot avec 10 fois plus d’effort qu’avant cette guerre de cent ans de merde du virus tout heureux de se faire appeler nouveau
    que mierda you see!

    J'aime

  3. Heureusement quelques fleurs des champs pour nous faire oublier (juste un instant, hé !) qu’ils sont devenus frappadingues.
    Au lever du jour j’ai surpris trois-quatre gouttes d’eau, mortes illico en tombant au sol tellement c’est sec. Évaporation instantanée. Je comprends bien « ton » agriculteur…

    J'aime

      1. J’imagine… surtout s’il te parle de son « cheun » (chien) qui s’est barré courir après une bande de « groles » (corbeaux)!

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s