Hydroxyraoultquine

Par Franck Sabattier — Travail personnel, CC BY-SA 4.0,

J’adore Raoult. Pas la personne. Il a des cheveux ridicules, il se touche toujours la barbe, il a l’air complètement mégalo. Mais, de mon point de vue d’acteur, réalisateur, j’adore la façon pépère qu’il a de dire les choses et le bordel qu’il provoque.

N’allez pas me classer dans la catégorie des pro ou des anti-Raoult. Je trouve cette bataille fascinante parce qu’elle ne parle pas de lui mais du rapport de chacun à la science et à la croyance. 

Je ne sais pas trop où en est la science sur les histoires d’hémisphères du cerveau, de cette histoire qu’il y aurait une partie rationnelle, cartésienne, qui analyse froidement et une autre comme siège des émotions (et des croyances, fatalement), mais ça reste une image qui va m’aider à illustrer mon propos. 

Notre psychisme, qui que nous soyons, est constitué de ces deux pôles. Parfois, nous analysons froidement les situations, nous cherchons des solutions et à d’autres moments, nous nous laissons aller à nos pulsions affectives et à nos croyances. Cela vaut autant pour le poète bouddhiste que pour le sceptique militant. Les deux pensent et s’illusionnent. 

Le premier refait le monde selon ses rêves, ne craignant pas les illusions, prenant parti pour les causes qui lui semblent les plus jolies. Mais cela ne l’empêche pas de passer son temps à résoudre des problèmes bassement matérialistes et concrets, sans quoi il ne survivrait pas. Le second est persuadé qu’on ne lui en contera pas, qu’il est seul à avoir un libre-arbitre. Il ne se réfère qu’à des choses ayant fourni une multitude de preuves avérées par la communauté des diplômés en math-physique-chimie. Mais où est son libre-arbitre si sa vie se résume à attendre 12 publications avant d’oser émettre une opinion ? Les excès de cette attitude n’a-t-elle pas à voir avec celle des croyants, dès lors que cet être raisonnable entre en religion de La Science (ne pouvant pourtant ignorer ses limites et ses lacunes, ses jeux de pouvoir et d’influence) voire s’abandonne au prosélytisme sectaire ? Dans une partie de mauvaise foi, il y a match nul, 1 partout.

Et là, avec cette fameuse histoire de chloroquine, c’est la bataille entre ces 2 personnages qui s’est jouée. C’était jubilatoire à suivre. D’un côté, t’as le mec qui affirme qu’il a trouvé le remède miracle et de l’autre ceux qui se démerdent pour « prouver » que ce médicament est un poison. Sans déconner. La fameuse étude qui est sortie vendredi, il paraît qu’elle comporte des biais, qu’elle est imparfaite. Mais peu importe, on va l’utiliser pour enterrer le trublion.

Mon point de vue sur hydroxychloroquine et la chloroquine, je n’en ai pas vraiment parce que je ne veux pas passer mon temps à éplucher les études et à apprendre comment les lire. Je me dis juste que la réalité se situe vraisemblablement entre les 2 positions qui semblent les seuls choix possibles si l’on regarde la télé. Mais plus profondément, je pense que la science néglige de façon idéologique tout ce qui est d’ordre psychique ou de la conscience (je me heurte depuis des années à ce tabou avec mes expériences). Pour être plus précis, j’ai l’impression qu’il vaut mieux être soigné par un mec non conventionnel qui me dit que je vais guérir si je prends la capsule jaune que par un mec qui me dit de prendre la capsule bleue dont il n’est pas certain qu’elle agisse puisqu’il n’y a pas eu de publication, parce que ça prend du temps de faire une étude sérieuse, etc… Je ne pense pas que Raoult triche sur ses chiffres. En revanche, je ne suis pas certain que ses succès soient liés essentiellement à la molécule utilisée.

Allez, je vais l’avouer. Quand il y a 3 semaines, Raoult nous dit de regarder la courbe de Gauss qui raconte que l’épidémie est saisonnière et qu’elle va disparaître, ben moi, illico, je l’ai cru. J’ai même pas besoin qu’il me dise que les virus, c’est son métier depuis longtemps. Je l’ai cru parce que je pense qu’il est collectivement plus bénéfique de croire que le virus disparaît plutôt que d’attendre les analyses prudentes d’un professeur Salomon. Et ce n’est pas irrationnel. Je m’appuie sur des années de recherches personnelles sur la relation esprit/matière et sur des travaux divers qui ne parviennent jamais à se libérer du statut de pseudoscience ou de charlatanisme, non pas à cause de la nullité de leurs travaux, mais de tous les tabous et préjugés que draine avec elle la communauté scientifique.

J’ai regardé, hier, un documentaire d’époque sur Jacques Benvéniste et la mémoire de l’eau. L’homme n’était pas parfait, beau gosse charmeur, se prenant pour Galilée et Einstein mâtiné d’un Gérard Philippe. Ses études pouvaient contenir des biais mais il s’est passé la même chose que pour Raoult. Ce qu’il osait avancer bousculait tant les théories de la physique classique, que la meute des orthodoxes n’en a fait qu’une bouchée avec des contre-études totalement délirantes et qui, le plus souvent, ne respectaient même pas le protocole original. 

À chaque fois, on procède de la même façon : on décrédibilise la personne dès qu’elle fait un pet de travers et on l’élimine médiatiquement, ses études avec. Franchement, la science, c’est pas joli joli parfois. Théoriquement, c’est parfait, indispensable pour la compréhension du monde. Mais dans la réalité, ce ne sont que des personnes qui veulent du pognon et de la reconnaissance (Raoult compris, la reconnaissance) et sont sujets à divers jeux de pouvoir à l’intérieur d’un cadre figé et réactionnaire destiné à ce que ceux qui sont en place y restent. On ne peut sérieusement se réclamer de la science sans en interroger son fonctionnement.

20 réflexions sur « Hydroxyraoultquine »

  1. ‘scuse, j’ai cité ta dernière phrase, elle me plaît beaucoup !

    Et j’adore ton analyse du jonglage à deux balles qui s’opère dans notre cerveau, faut en faire tomber aucune (on a besoin des deuuuuuux !

    J'aime

  2. Tous médicament est un pharmakon, c’est à dire un remède et un poison en même temps et cela nécessite donc une thérapeutique, l’étude du Lancet viens de découvrir l’eau chaude. Raoult n’est pas forcément ma tasse de thé mais il a raison quand il dit que le doliprane tue aussi des personnes, interdisons le donc aussi. Il parle également que c’est à partir des bigs datas que le Lancet s’est basé pour ses conclusions, cela illustre que certains pensent que les chiffres parlent d’eux mêmes et que l’on a plus besoin de théorie, on confond trop causalité et corrélations.

    J'aime

    1. Causalité et corrélation, j’adore. Néanmoins, la causalité se résume très souvent en biais de corrélation tant elle est complexe. Car oui, les chiffres sont dociles et disent ce que l’on attend d’eux.

      J'aime

  3. Eh bien, voilà, le resultat ne s’est pas fait attendre, interdiction formelle d’utiliser la chloroquine à des fins thérapeutiques…Le lynchage médiatique a bien fonctionné, merci qui ?
    Perso, je me fous que Raoult ait les cheveux longs, qu’il se lisse la barbe pendant les interviews, qu’il ait une montre rouge, ou des vestes blanches, ce qui m’interesse, c’est qu’il soigne des gens , et que ces gens évitent pour la plupart l’intubation…Il n’a jamais dit qu’il avait trouvé un vaccin, il a simplement tenté de parer au plus pressé en utilisant un vieux medoc qui a fait ses preuves depuis plus de 70 ans….Et dans l’urgence, il a pu éviter le pire à certains….
    Le reste……
    Ah, et au fait, l’homeopathie, ça protège bien …( j’oubliais, elle va disparaitre aussi… )
    C’est quand les élections ?
    On peut toujours rêver, non ???

    J'aime

  4. « …les scientifiques sont des « gens lambda » comme les autres, ou presque ! « D’où je viens ? », c’est une question lambda typique. « D’où je viens ? Où je vais ? A quoi cela sert tout ça ? Quel est le sens de la vie ? etc. ».
    (…)Je crois que les scientifiques doivent, en effet, écouter les « gens lambda », pour reprendre la formule, en particulier quand les questions ont trait à des problèmes sociaux actuels. Mais la difficulté est à la fois d’entendre ces questions [de l’humanité souffrante] et de faire accepter l’idée que les scientifiques ne peuvent pas nécessairement y répondre. Par exemple, on peut se demander quand sera trouvé un vaccin contre le paludisme. Pourquoi n’en a-t-on pas aujourd’hui ? Parce que c’est scientifiquement difficile. Mais il y a une autre raison, les sommes consacrées à la recherche contre le paludisme sont fort limitées par rapport à l’ampleur mondiale du fléau. Pour aller très vite, les grandes firmes pharmacologiques mondiales mais également les instituts de recherche publics dépensent proportionnellement beaucoup plus d’argent pour financer les recherches sur la santé des hommes blancs, riches et vieux que pour celle des petites filles noires et pauvres. Le biologiste doit expliquer à la fois que c’est une bonne question et qu’il va essayer d’y répondre, et en même temps que cela ne dépend pas seulement — et de moins en moins — de lui. Combien de promesses n’ont-elles pas été faites pour que l’institution scientifique puisse obtenir suffisamment de moyens ? Promesses qui n’ont pas été tenues. Dans les années 1960, sous la présidence de Richard Nixon, l’administration américaine avait décrété la « guerre contre le cancer ». La promesse était « dans 10 ans, on aura gagné ». Beaucoup, beaucoup d’argent a été dépensé. Tout n’a certes pas été inutile, mais enfin cette guerre n’a pas été gagnée, de toute évidence. »
    Jean-Marc Lévy-Leblond. (19 décembre 2015 – Site « Sciences critiques »)

    J'aime

      1. Oui, c’est mal (aria). 😊
        La chanson préférée du Pr Raoult :
        « Chloroquine, c’est ma médecine
        Chloroquine, et la cousine
        Roselyne qui louche, m’amuse beaucoup
        Ensemble on fait les quatre cents coups
        Chloroquine tu nous rends fous. »

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s