Arrêtez le foutage de gueule !

macron

Je ne m’attarderai pas sur la date du 11 mai ni sur le dépistage des personnes qui ont les symptômes. Il y aurait sujet à un article. Mais j’ai relevé particulièrement une partie du discours que je retranscris de mémoire. Grosso modo, il était question que personne ne vienne dire qu’il avait eu raison sur tout, qu’il fallait sortir des idéologies.

Non, Monsieur Macron, il n’est pas question de sortir des idéologies. Ceux qui se sont battus pour le maintien du service public, aux côtés des soignants, des retraités, des chômeurs, des précaires, contre les inégalités, contre les délocalisations, ils ont bien porteurs d’une idéologie. Et depuis longtemps. On les connaît. Ce sont les communistes, les Insoumis, le NPA, Lutte Ouvrière, les écologistes, Attack, les Gilets Jaunes et bien d’autres. Bref, tous ces gens que vous avez ridiculisés, méprisés, gazés, parce qu’ils n’adoptaient pas votre idéologie libérale, tous ces gens sont ceux qui, dans leur lutte quotidienne, dans leurs discours, disaient ce qui nous saute au nez aujourd’hui. Vous osez vous approprier des mots de la révolution ?

Pour qui vous prenez vous, Monsieur Macron ? Vous pensez que toute vérité, vous eût-elle été étrangère durant toute votre vie, vous appartiendrait désormais ? Ceux qui se battaient pour elle seraient-ils voués à ne pas rappeler que toutes ces évidences étaient les leurs ? Ces valeurs que vous semblez découvrir, c’est la solidarité, l’humanisme, la justice, le pouvoir des peuples à penser et à agir sans tenir rigueur du mépris qui leur a toujours été porté.

Vous avez l’air sympathique, en apparence, Monsieur Macron. Mais je n’oublie pas qu’En Marche, ce sont vos initiales. Vos marcheurs, élus ou Ministres, ce qui les caractérise le mieux à mes yeux, c’est l’Opportunisme. L’opportunisme cynique devrais-je préciser. Et voilà que vous nous en faites une nouvelle démonstration. « On s’est trompé. On va faire comme disaient les autres, mais sans les autres. Nous ce qu’on veut, c’est garder le pouvoir ».

Plutôt que jouer le rôle de celui qui veut rêver notre demain commun, vous feriez mieux de vous rapprocher d’une multinationale qui vous réservera un joli poste de direction. C’est vraisemblablement là qu’est votre juste place. Oubliez-nous. Nous aussi, on vous oubliera.

Bonus : tel qu’il est parti, en octobre, il nous pond un gouvernement d’union nationale. Sans le FN. Le FN, il le garde pour 2022 : « les fachos ou moi ». C’est grossier, mais ça lui ressemblerait assez.

9 réflexions sur « Arrêtez le foutage de gueule ! »

  1. Oh que oui… Des lignes très lucides… j’ajouterais qu’il est un peu meilleur qu’avant dans le registre du pathos et du social… Il a dû s’entraîner devant sa glace vu qu’il le temps maintenant.
    Je t’embrasse. Didier

    J'aime

    1. Dans l’ordre de ses priorité c’est d’abord l’économie, la finance, l’argent et le pouvoir.
      Ensuite, pour ses discours, il s’adapte selon les circonstances et ses besoins. De ce fait, l’écologie n’est pas un mot tabou. Par contre, les concepts de l’écologie sont totalement incompatibles avec ses priorités.

      J'aime

  2. Relevé sur le site de l’écrivain David Dufresne:
    « A 20h30, ça jacasse déjà sur tous les sites d’info. Partout, on salue l’humilité du Président. Être humble, il faut être humble, l’humilité comme seul guide : depuis des jours, ces éléments de langage se sont imposés, à droite, à gauche, comme aux extrêmes (-droite, -gauche et -centre), dans un geste barrière inespéré entre ceux qui ont le pouvoir, et qui n’ont rien fait, et ceux qui le lorgnent, et qui ne sauront quoi en faire. Dans Le Coupable, Georges Bataille (trop offensif surréaliste pour que Breton le Pape le conservât dans l’équipe) écrit : « L’orgueil est la même chose que l’humilité : c’est toujours le mensonge. » »

    J'aime

  3. En Marche boite. Annonces claudicantes. Pansement sur jambe de bois. Gangrène sous-jacente.
    Mais se voulant analytique, persuasif… doutant même parfois.
    Ah… cette touchante fragilité subite. Je suis sûr que certains auront été « touchés ». L’objectif de l’exercice !
    Heureusement, ce 11 mai on commémorera les 39 ans de la disparition de Bob Marley, qui ne boitait pas Lui. Juste le lendemain des 39 ans de l’élection de Mitterrand, qui s’est mis à boiter au fil du temps.
    Mitterrand n’était pas doué pour le Reggae, alors que Marley avait un sens humain (et politique) bien prononcé.
    Marley nous faisait danser. Mitterrand, moins !
    On en revient toujours aux limites de l’exercice…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s