Pardon !

Quand je me mets à faire de la musique (je n’en fais pas si souvent), j’ai besoin de commettre une sorte de bouse. Le truc qui sort avec les trois premiers accords. Tu pourrais t’arrêter là, mais non. En général, je poursuis ma non-oeuvre jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’elle soit terminée. Ce n’est qu’à partir de ce moment que je meux commencer à composer des trucs difficiles et qui demandent un vrai travail.

Pour cette bouse-là, j’ai choisi de faire une chanson. J’ai griffonné sur la table un texte vite fait, sans revenir sur aucune phrase, aucune rime, aussi ridicule qu’elle puisse être. Et ça donne Restez chez vous !, une espèce de pseudo chanson engagée à la façon de celles qui ont bercé mon adolescence.

Pour ce qui est de la thématique, je ne suis pas allé chercher bien loin. Les 15 premiers jours de confinement, j’ai été tellement atterré par la violence des échanges autour de la chloroquine que ça m’a énervé. Énervé par cette fascination bien compréhensible pour un bonhomme qui annonce qu’il est le sauveur et encore davantage pour le mépris agressif des « sachants ». Je ne savais plus où j’étais ni dans quel monde.

Et puis, dans cette période où l’on diffuse de jolies chansons joliment chantées par de belles personnes confinées, autant jouer de bad, du tripal à deux balles, du trivial pas content qui sent un peu des pieds.

16 réflexions sur « Pardon ! »

  1. En voilà de la belle bouse ! Qui sent « bon » les années « ouh-là-là…sous Pompidou ».
    J’ai cru apercevoir la moustache de Jean Ferrat qui lorgnait par-dessus mon épaule !

    J'aime

      1. François ! Vu en concert à la MJC de Sedan en octobre ou novembre 1979. 50 Pelés dont mézigue. Un Monsieur !

        J'aime

  2. Conseil d’un célèbre « confiné », Franz Kafka: « Il n’est pas nécessaire que tu sortes de ta maison. Reste à ta table et écoute. N’écoute même pas, attends seulement. N’attends même pas, sois absolument silencieux et seul. Le monde viendra s’offrir à toi pour que tu le démasques, il ne peut faire autrement, extasié, il se tordra devant toi. » (Méditations sur le péché, la souffrance, l’espoir et le vrai chemin)

    J'aime

  3. Bonjour,
    Présenter un morceau en disant que c’est une bouse, c’est comme prendre une assurance vie, on est pas très sur, alors on prévient. Moi je ne trouve pas que c’est une bouse. Parce ce que même si tu choisi une forme parodique, et que tu insiste sur les tics d’une époque (mais qu’elle période n’en a pas, et puis les modes ça va ça vient), c’est une chanson qui dit quelque chose. Elle retranscrit un dialogue qui existe actuellement, et elle est bien de son temps. Alors prenant la chose au sérieux, la seule remarque que je ferai (mais je me doute qu’elle est déplacée, que tu a fait exprès (moi aussi je prend des précautions)), c’est la fin.

    C’est vous qui les avez élus
    Restez chez vous et taisez vous.

    Ca ne sonne pas à mes oreilles, surtout que le reste du texte tourne plutôt bien.

    Je me permet de proposer les fins suivantes :

    Dans l’idée de base :

    C’est vous qui les avez élus
    Restez chez vous ne parlez plus.

    Mortel :

    C’est vous qui les avez élus
    Restez chez vous ne vivez plus.

    Révolutionnaire :

    Si vous mettez tout en question
    Ce sera la révolution

    Poétique :

    Glissez dans les bras de Morphé
    Et vous verrez que vous révez

    Judiciaire :

    Et si vous faites trop les cons
    On vous mettra tous en prison

    Etc ……………

    J'aime

Répondre à Blog à Béber Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s