Consensus mou

poulpe

Le consensus mou est mortifère, sans vie. Il est un frein au mouvement, aux avancées, à la création.

Si je pense à ça, c’est parce que je viens de lire la liste des films nominés aux César. C’est pas compliqué. On n’y retrouve que les films dont la presse a parlé tout au long de l’année avec force promotion, sur tous les plateaux de télé. Quand tu vas au cinéma, que tu as le coffret, tu te rends compte qu’il y a quelques films dont on a moins parlé et qui sont pourtant de pures merveilles. Moins de gens connus sans doute, moins de buzz. Mais du cinéma, de celui qui vous émeut, vous surprend, vous donne à penser sur la vie, sur l’art, sur le cinéma. Et là, que voit-on ? La liste des films qui ont fait plein d’entrées alors que de telles récompenses devraient permettre de révéler du cinéma, de lui donner une seconde chance d’exister après le laminoir des sorties qui tombent bien ou mal.

On finit par se demander à quoi ça rime, tout ce tralala.

Je fais partie des votants depuis quelques années. Quel bonheur quand arrive enfin le coffret (bien tard, en décembre pour voter en janvier). Grâce à lui, on peut se faire des séances de rattrapage, voir les films qu’on a failli aller voir mais qu’on a ratés à cause d’une trop courte ou trop discrète exploitation. Résultat, au premier tour, celui qui donne les nominations, je crois que je n’ai pas voté pour un seul des films nominés (il y en a plus de 200 au départ).

C’est un peu comme pour les élections. À la fin, c’est Macron-Lepen.

9 réflexions sur « Consensus mou »

  1. Batailler contre la fin « annoncée » (par les tenant DU…) des films « Art et Essai » qui ont fait depuis tout temps le bonheur du Cinéma français, et des spectateurs « qui n’en avaient dans le carafon » (dédicace aux Deschiens)…
    Putain, la belle entreprise !
    Compliqué en ces temps « modernes ».

    Je vais me passer un vieux diaporama sur la lente croissance de l’ortie de printemps sur les rives de Garonne.
    Juste pour faire chier les tenants DU !
    C’est très joli (si-si), et puis y a moins de pétarade que dans les productions hollywoodiennes (à la française).
    Très très petit budget, et de beaux seconds rôles (une rainette perchée, un lombric qui rampe sous le soleil de midi, une salicaire qui germe) qui emmerdent en un beau silence tout le monde.
    L’Ortie sera peut-être nominé pour le César du meilleur acteur bio ? Va savoir…

    J'aime

  2. Un octopus pailleté, en somme … Un peu de dorure pour aplatir les contours, dissimuler les aspérités, révéler le bel accommodement. Toutes les vertus d’un bon masque repoulpant !

    J'aime

  3. Jolie poulpée. Oh! Oh! Oh!….🙄
    « Tous ces gens qui n’ont pas de talent que deviendraient-ils sans tous ces gens qui n’ont pas de goût. »
    Gilbert Cesbron

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s