Pourquoi c’est le bordel ?

demain

Paris n’est pas reconnaissable. Beaucoup de monde sur les trottoirs, à deux roues. Se déplacer devient une aventure. Un autre rythme s’impose, qui pénalise nos trajets, le commerce, le travail dans son ensemble. Mais la question des retraites ne peut pas se gérer sans ce moment compliqué pour tout le monde.

On nous parle des privilégiés, bien sûr, ceux qui s’accrochent à leurs avantages. Mais c’est bien tout le monde qui va être impacté, et pas seulement par le recul de l’âge de départ (sur lequel le gouvernement va évidemment lâcher puisque c’est le boulon qu’il est prêt à enlever pour faire passer le reste). Le reste, le système à points, le minimum garanti à 1000 euros (pour ceux qui ont une carrière pleine seulement), on aimerait bien avoir un comparateur entre la situation actuelle et celle qui prévaudra au moment de la réforme. Les comparateurs, c’est facile pour tout, sauf pour la retraite, visiblement. C’est une chose qui, si la réforme était honnête, aurait dû être exposée aussitôt. Et comme par hasard, on s’empresse de dire qu’on va faire quelque chose pour les enseignants, les policiers, les militaires, les pompiers, les danseurs de l’opéra… Si la réforme n’avait pas d’impact, on ne s’empresserait pas déjà la compenser pour certains. On découvre soudain pourquoi il y avait des régimes spéciaux.

Un gouvernement qui veut réformer la retraite honnêtement, sans prendre les gens pour des imbéciles devrait être capable de dire au moment où il présente la réforme : avant la réforme, vous partiriez à tel âge et vous toucheriez ceci et, après la réforme, voilà à quel âge vous partirez et ce que vous allez toucher en plus ou en moins (en prenant le plus de cas possibles).

En l’absence de ces éléments et, compte-tenu des déboires du ministre chargé de la réforme, on comprend aisément la grève, le bordel. Demain, manif pour tout le monde ! Juste parce qu’on aimerait être considérés comme des citoyens responsables et non pas comme des crétins à qui l’on ne peut rien expliquer.

5 réflexions sur « Pourquoi c’est le bordel ? »

  1. « Pourquoi c’est le bordel? »….C’est parce les grévistes (et leurs soutiens) sont des cons d’aprés Franz-Olivier Giesbert: « Dans un pays gavé au misérabilisme victimaire, ce socialisme des imbéciles, […] la prime est aux braillards, conchieurs, coquefredouilles, marchands de balivernes. […] Tous les gogos du pays, ce qui fait beaucoup de monde, se sont mis en rang derrière la CGT. »

    C’est fou comme je me sens bien d’être con en ce moment ! 😊

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s