Petit conte

1001

Alors, les Kurdes, ce sont des humains, donc. Des hommes, des femmes, des enfants. D’autres humains, ont décidé qu’on ne voulait surtout pas qu’ils aient un pays à eux, avec un drapeau et tout et tout. Alors ces autres humains, les Turcs, ont décidé d’envoyer l’armée, de lâcher des bombes sur les premiers, juste en prévention, pour qu’il n’y ait jamais de Kurdistan. Drôle de façon de régler les problèmes en zigouillant des êtres humains, en bombardant leurs maisons, leurs villages, les obligeant à fuir par centaines de milliers, hommes, femmes et enfants.

Pourtant, les Kurdes, ils avaient largement contribué à stopper d’autres humains devenus fous, faisant sauter des tours, tuant des innocents partout dans le monde. Merci les Kurdes.

Pendant ce temps, dans les pays riches, quelques humains investis de hautes responsabilités disent que ça n’est pas bien de faire une guerre aux Kurdes. Ces humains-là, ceux qui sont investis de hautes responsabilités, ont la particularité de dire et redire toujours ce qui est bien et pas bien. Mais ils sont tellement pris par leurs responsabilités diverses, économiques, sociales, morales, financières, des tas de responsabilités quoi, qu’ils n’ont jamais la force d’agir. Mais soyons justes. Il leur arrive de joindre le geste à la parole. Ils savent attaquer les méchants dictateurs, par exemple. Un méchant dictateur est un humain investi de hautes responsabilités dans un pays pauvre dont le sol regorge de pétrole et de gaz. C’est ça, un méchant dictateur.

Le chef des Turcs, lui, il emprisonne les opposants, les journalistes, les intellectuels, les enseignants mais les humains investis de hautes responsabilités dans les pays Européens ont besoin des Turcs pour empêcher l’immigration. Oui parce que les réfugiés, dans les pays riches, les humains qui donnent les hautes responsabilités à quelques-uns avec des bouts de papiers, ils n’aiment pas les réfugiés parce qu’ils leur mangent leur pain et leurs allocations. C’est ce qu’ils disent.

Alors, les humains Kurdes, ils peuvent bien se faire massacrer, personne n’en a rien à foutre comme on dit dans certaines chaumières.

8 réflexions sur « Petit conte »

  1. et quand un cyclone ravage ce japon, fait plein de morts, une ministre des sports, très humaine et très soucieuse des hommes, surtout s’ils sont de beaux et musclés rugbyman peut-être, une ministre française donc investie de hautes responsabilités comme tu dis, s’inquiète de l’al’nnulation d’un match du fait de ce foutu cyclone et accuse le japon de n’avoir pas « prévu de plan « b »..; mais non de dieux, ils le savent bien quand même que ce foutu pays est souvent parcouru par de foutus cyclones!.. tien mais au fait, il n’y avait pas non lus de plan « B » pour ceux qui y sont passés.. Foutu Japon, la ministre doit avoir raison!

    J'aime

  2. La dernière phrase de ce petit conte est la phrase essentielle qui m’a fait relire cet important discours d’Aimé Césaire: https://www.larevuedesressources.org/IMG/pdf/CESAIRE.pdf
    Au fond la seule grande peur (serinée dans les médias grand public) est la possible arrivée en masse sur notre territoire des djihadistes français.
    L’histoire nous explique pourquoi, nous, européens, en savons beaucoup sur les crimes des autres, et si peu sur les nôtres. (hors Holocauste, car aux yeux de ceux qui élaborent le contenu du discours grand public, le racisme colonialiste et les atrocités commises en son nom ne sont rien en regard du nazisme.) Les médias grand public français s’en donnent à cœur joie dès qu’ils peuvent produire des articles sur le racisme aux Etats-Unis, nous rappelant, grâce à de nombreuses statistiques » ethniques » , combien le racisme infecte encore ce pays. En France, ces mêmes statistiques sont tout simplement interdites. Une manière simple et radicale de faire en sorte de ne rien savoir de cette » Europe », telle qu’elle existe aujourd’hui, qui s’est construite sur le pillage des continents qu’elle a colonisés (Afrique, Amérique, Asie, Océanie) et qu’elle continue encore à piller, grâce aux dispositifs d’un système économique global conçu par et pour les grandes puissances. Les générations actuelles en subissent les conséquences comme les générations futures subiront les conséquences à notre incapacité d’enrayer le réchauffement climatique, d’assumer nos responsabilités.
    Les européens, et les occidentaux en général, ont progressivement évolués jusqu’à aboutir à une mentalité économiste permettant en quelque sorte de rendre acceptable les crimes les plus effroyables à condition d’être économiquement défendables et de les tenir le plus éloigné de nos frontières:
    « Le désir de s’enrichir n’est certes pas nouveau, la passion pour l’or n’a rien de spécifiquement moderne. Ce qui l’est cependant un peu, c’est cette soumission de toutes les autres valeurs à celle-ci.(…) il est devenu parfaitement clair que tout peut être obtenu par l’argent, que celui-ci est non seulement l’équivalent universel de toutes les valeurs matérielles, mais aussi la possibilité d’acquérir toutes les valeurs spirituelles. » (Todorov dans « La conquête de l’Amérique »)

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s