Casting, suite et fin

sortie

On croit toujours qu’on a un rôle. Surtout quand c’est votre agent qui vous l’annonce avec une joie non feinte. Mais hier après-midi, nouveau coup de fil : Heu, je suis désolée, la production m’a rappelée et comme ils avaient fait aussi un casting en région, finalement, ils préfèrent y prendre le rôle.

Alors, ce n’est pas une blague, ce n’est pas de l’humour, c’est la vérité. J’ai bien fait de faire la sieste en traversant Paris.

Alors, comment ça se passe, en vérité, factuellement, sans jugement : vous passez le casting (sans le réalisateur). Si vous êtes retenus, on présente les essais, non pas au réalisateur, mais à la chaîne qui valide ou pas. Ensuite, une fois validé, la prod doit penser financement. Quand on a une aide régionale, on doit redistribuer dans la région qui finance, en prenant des techniciens et des acteurs du cru. Je trouve par ailleurs cette donnée très pertinente pour la vie de la région.

Mais au-delà de tout ça, je pense à ce que sont devenus les choix artistiques dans la production audiovisuelle. Pour le cinéma, pour jouer la concierge on va vous proposer Virginie Éfira, pour la fermière, Karine Viard et pour le facteur, on va en faire une factrice et proposer le rôle à Adèle Haenel. Il est où le casting adapté au scénario ? Évaporé, disparu, au profit des préjugés qui régissent les rêves de recettes.

Et artistiquement… Artistiquement, il est où le choix du réalisateur ? Souvent, parce qu’il faut bien vivre et que le film se tourne, il avale son chapeau, finit par s’en foutre totalement de la question des choix artistiques. Et pour la télé, ben, c’est ce que j’ai raconté avec d’autres mochetées en plus. On va virer telle héroïne de série parce qu’on la trouve trop vieille en saison VI. Alors on va prendre son sosie un brin plus jeune.

Alors, je ne balance pas, je dis ce qui se passe, tout simplement, que tout le monde connaît et préfère taire pour garder sa petite place précaire. Il y a un problème ? Je n’en vois pas.

Là où je suis un brin triste, c’est que j’avais tourné dans le premier long-métrage du réalisateur et qu’on avait fait du bon boulot. Sympathisé, même.

En fait, ce monde bouffé par l’argent, qui nous a transformés en vulgaires consommateurs, il déconne à tous les étages. C’est peut-être pour ça qu’on n’en a pas terminé des révoltes, des gilets jaunes et des incontrôlables. Bien sûr, personne n’aime le désordre et aspire au silence et à la tranquillité. Mais quel autre choix que la révolte si l’on ouvre un peu les yeux et que l’on ne veut plus s’asseoir sur sa dignité ?

2 réflexions sur « Casting, suite et fin »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s