Silence suspect

cigarette

Il y a plusieurs raisons qui poussent à ne pas écrire. La première serait la conscience qu’on n’a rien à dire. Une autre serait à peu près l’inverse : tellement à dire qu’il vaut mieux se taire pour le repos mérité des hypothétiques lecteurs. C’est vrai, ça. Qu’est-ce qui m’autorise à infliger à mes voisins de toile quelques élucubrations plus ou moins geignardes et répétitives quand tout le monde essaie de s’accorder pour trouver du positif à tout prix et partout. Ou alors du sordide, mais franchement, alors. Du fait-divers franc et lourd.

Bref, si je me suis tu cette semaine, c’est pour plusieurs raisons. La première, c’était cette sorte de rhume qui dure encore et ne se sait pas trop se situer entre la grippe et une nouvelle maladie inconnue qui donne de la fièvre. Une autre raison est la difficulté de se connecter dans les hôtels du sud-ouest ou d’ailleurs, où l’on te pique toutes tes données pour les vendre à des sites publicitaires (ou aux renseignements) tout en t’offrant un débit digne des années 90 (époque minitel). Les tournées…

Mais la vraie raison de ce silence, c’est vraisemblablement mon arrêt du tabac. C’est à dire que le premier jour, t’as peur de ne pas tenir. Le second, c’est encore pire. Le troisième, tu ne sais plus où tu habites et ne penses qu’à ça. Le quatrième, tu ne sais pas comment tu vas réorganiser ta vie tant tu aimes fumer, t’extraire d’un repas pour aller en cramer une, t’isoler du groupe et regarder la lune, pousser une causette enflammée et enfumée où les clopes s’enchainent avec excitation. Ça y est, tu vas pouvoir le dire et voir comment tu vas faire pour le poids que tu vas prendre. Faire du sport ? Marcher ? Faire gaffe quand même à ne pas faire comme un copain collègue qui est devenu addict à la piscine. Il me faudrait une activité moins humide et moins contraignante. Lire n’importe où, n’importe quand, comme on fume.

Excusez-moi, je vais me faire quelques pages au soleil et je reviens.

Tiens, salut, toi aussi tu lis entre les plats ?

Ben ouais, j’aime bien.

Saaaaluuut ! Je peux me joindre à vous ? Personne n’aurait un polar à me prêter ?

Putain, mais tu pourrais t’en acheter, quand même. À chaque fois tu viens lire trois pages sur mon épaule. Et c’est chiant.

Ho ho ho, les lecteurs ! Vous pourriez pas aller lire plus loin ? Il y en a qui travaillent !

Pfffff, la dictature des non-lecteurs, ça commence à gonfler…

4 réflexions sur « Silence suspect »

  1. Genre de situation où au tout début on avance clopin-clopant
    Faut que je m’y mette aussi. Et comme y a un bouquin qui sort ces jours-ci…

    J'aime

  2. Pour l’arrêt du tabac : bravo! (et courage, mais ça vaut le coup, vraiment). Un conseil : marcher, marcher, marcher et boire de l’eau. Pour la lecture, mon conseil du jour serait « des châteaux qui brûlent » d’Arno Bertina, que je verrais bien adapté pour le théâtre. A déguster avec un bon verre de rouge 🙂

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s