Le monde du silence

poissons

Je vais essayer un truc. Ne rien lire ni ne rien dire sur le mouvement des GJ jusqu’à lundi (je sais, je me répète).

Nous sommes dans la phase 2 du mouvement où les forces réactionnaires lancent leur contre-offensive : Manif des foulards rouges (pro droite et pro macron) le 27 janvier, mise en scène caricaturale de la violence des GJ qui, pour leur immense majorité, sont pacifistes et subissent la violence d’état à coups de gaz et de flash-balls, de sous-estimation du nombre de manifestants. Muselier (LR) lance une cagnotte pour les flics blessés quand Amnesty International dénonce des violences policières.

Le silence des miens.

Un mouvement pour la justice sociale et la construction d’une nouvelle démocratie va se faire écraser par le silence pesant de ceux qui, finalement, se satisfont d’un ordre du monde profondément inégalitaire et injuste. Le silence de ma classe m’agresse chaque jour davantage. Vous comprenez, c’est délicat…

Demain, c’est nous qui le faisons. Certains préfèrent faire les soldes. Ils pousseront des cris de vierges effarouchées quand la Lepen prendra le pouvoir. Mais ils se satisferont finalement de tout cela puisqu’ils ne font pas de bruit, jamais. Le silence, c’est leur confort, leur sécurité. Une petite pétition de temps en temps. Et encore. Pas si on demande leur adresse mail.

17 réflexions sur « Le monde du silence »

  1. D’un coté le silence, de l’autre le bruit et la fureur! La grande frousse en direct, aprés Luc Ferry, Le journaliste Gérard Leclerc se lâche aussi:

    J'aime

  2. Le silence des miens (les profs et leurs syndicats) me navre aussi, alors que les enfants des gilets jaunes sont dans nos classes et nos cours de récréation. Alors qu’un de nos anciens ministres en appelle au meurtre et à la haine. Lui qui avait été accueilli en 2003 à Rodez par un lancer de son livre « Lettre à tous ceux qui aiment l’école ». Plus de 5000 profs et Atoss criaient « de l’argent, il y en a dans les caisses du patronat  » ou ‘libérez Bové, enfermez Ferry » ou « ils cassent nos usines, ils cassent nos écoles, y’en a marre de ces guignols ». A la fin du mouvement, après plusieurs semaines de grève, la plupart de ces manifestants sont rentrés à la niche. Ils y sont encore aujourd’hui.

    J'aime

  3. Mon pépé était un taiseux. La plupart du temps il n’en pensait pas moins. Je trouve qu’il vaut mieux fermer sa gueule que se répandre en commentaires, que même le patron du Café du Commerce, ça le révolterait… T’as qu’à lire les « pensées » des lecteurs de « 20 minutes » au sujet de la réunion des GJ à Moulis. Moi ça me fait pleurer les yeux. Tout comme certains auditeurs de France Inter (bon, sans doute soigneusement sélectionnés par la bande du 7-9) me font siffler les oreilles. Je trouve qu’un paillasson muet est plus digne qu’un paillasson qui se met en tête de lécher les chaussures crottées qui lui souillent le poil. Et peut-être qu’un jour les paillassons vont se révolter aussi. Comme tu dis, c’est pas fini.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s