On se croirait un premier décembre

pluie

Et pendant ce temps, on joue ! Hier soir et ce soir, on est au Vésinet avec Intra-Muros. 670 spectateurs ravis, hier. Et nous avec.

Sinon, en bonne éponge, je suis le mouvement des gilets jaunes avec intérêt. Impression que tout discours politique est vain. Qu’une parole longtemps éteinte s’est réveillée et que, si elle n’est pas écoutée, si on la laisse disparaître sans avoir obtenu de vraies réponses, si le pouvoir continue ses réformes libérales injustes, il va se passer un truc peut-être violent. Ou peut-être un KO général qui amplifiera encore davantage la désertion des urnes.

L’idée de convergence des colères ne semble pas prendre pour l’instant car les gilets jaunes rejettent toutes les organisations dites représentatives. Le peuple veut qu’on lui rende le pouvoir. Moment historique dont personne ne peut prédire l’issue. Ça doit cogiter au sommet de la pyramide et prier pour que le temps reste pourri…

6 réflexions sur « On se croirait un premier décembre »

  1. « Un KO général » me semble plus probable car le pas à franchir est considérable, et déjà, rien que sur le plan du « paysage culturel » que décrit Marcuse: « Si l’ouvrier et le patron regardent le même programme de télévision, si la secrétaire s’habille aussi bien que la fille de son employeur, si le Noir possède une Cadillac, s’ils lisent tous le même journal, cette assimilation n’indique pas la disparition des classes. Elle indique au contraire à quel point les classes dominées participent aux besoins et aux satisfactions qui garantissent le maintien des classes dirigeantes » (L’Homme unidimensionnel)

    J'aime

      1. Déjà on peut noter ce qu’a observé l’historien Gérard Noiriel:
        « ce qui frappe, dans le mouvement des Gilets jaunes, c’est la diversité de leurs profils, et notamment le grand nombre de femmes, alors qu’auparavant la fonction de porte-parole était le plus souvent réservée aux hommes. La facilité avec laquelle ces leaders populaires s’expriment aujourd’hui devant les caméras est une conséquence d’une double démocratisation : l’élévation du niveau scolaire et la pénétration des techniques de communication audiovisuelle dans toutes les couches de la société. Cette compétence est complètement niée par les élites aujourd’hui ; ce qui renforce le sentiment de mépris au sein du peuple »

        J'aime

  2. La république a tremblé ce samedi. Peut être faut il une bifurcation, un changement de phase, une VIème serait bienvenue car la Vème semble arrivé à sa fin, son entropie est grande.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s