Sur les écrans

APOLLO

Alors, ce soir, on peut voir Hors la Loi de Rachid Bouchareb (2010) sur Canal+ Cinéma à 20:50, Avec Jamel Debbouze, Sami Bouajila, Roschdy Zem et moi-même.

Demain soir, sur Arte, à 0.05, le magazine Court-Circuit propose un Voyage dans l’espace/temps avec la Jetée de Chris Marker et Appolo ou la vie sauvage de Léo Favier (2018). J’y joue un astronaute qui débarque sur une étrange terre. Je donnerai le lien de replay.

Pour ceux qui voudraient voir La Terre et le Temps de Mathilde Mignon (musique BB), je peux passer un lien à qui veut. Il passera début juin à l’Utopia de Montpellier.

C’est tout pour l’auto-publicité…

7 réflexions sur « Sur les écrans »

  1. Revoir ce soir Hors la Loi, c’est pas dégueu !
    Bernard, il me semble bien me souvenir que « les Cahiers du Cinéma » avaient été plus qu’élogieux vis-à-vis de ta performance d’acteur, disant qu’il y avait du « Vanel » en toi. Ce qui n’est pas en soi un mince compliment !

    Découvrir Appolo ou la Vie sauvage, très tentant aussi…

    Voir La Terre et le Temps est certainement très essentiel aussi. Car les instants de vies que ce documentaire nous offre forcent notre réflexion et je le pense, notre admiration envers tous ceux que Mathilde a filmés. La SAU disparaît sous le béton – bilan évident que nous constatons tous, que l’on habite à la campagne ou en banlieue. Des familles, des lieux et modes de vie ancestraux – maintenus à hue et à dia jusqu’alors – s’évanouissent peu à peu, tout cela en un même temps, très très court. Très rapidement. En un temps record, tout s’accélère terriblement aujourd’hui. Système se foutant bien des sauts de générations. Brisant les lieux et les gens qui les font perdurer. Qui essaient en tout cas. Ce documentaire exprime cette accélération à la fois magnifiquement, mais ça fout un sacré pincement au cœur.
    Certains Paysans, parfois, parviennent à s’adapter. Car ils ont une belle intelligence – et des moyens techniques – pour peu à peu se reconvertir. Tous n’en ont malheureusement pas les moyens, qui sont dans la plupart des cas d’ordre financier.
    Toujours est-il que l’on sort, après avoir vu ce documentaire, avec un sentiment double : Les Paysans d’aujourd’hui deviennent bien malgré eux des « Résistants » (ça c’est le socle). Mais le sentiment double que j’évoque se rapporte à ceux qui arriveront à surmonter et faire face à tout ceci. Et il y a bien sûr tous les autres…

    Pour avoir suivi de manière assez assidue, tout ce (et tous ceux) qu’avait filmé Raymond Depardon, au fil de plusieurs décennies, eh bien dans La Terre et le Temps, j’ai retrouvé pleinement ce ton, ces témoignages de gens que l’on ne connaît pas au départ, mais qui sont plus vrais que nature, et très attendrissants de par leur ténacité à rester ancrés ainsi en « leur Terre ». Même si c’est de plus en plus difficile – et c’est en cela que je les qualifie de « Résistants ».
    Car le grand courage qu’ont certains, c’est que sans objecter aucun avenir très clair « sur la suite », ceux-là mêmes demeurent accrochés à leur terre.

    La musique que tu as composée, Bernard, faite de silences, d’intermèdes, toujours teintée de lenteur voire « ponctuée » (petites touches et petites touches… multipliées), est totalement en phase avec ce temps qui passe, avec cette terre agricole qui part sous le béton.
    Vu la rapidité avec laquelle celle-ci disparaît, elle traduit à la fois un mélange de nostalgie et ce temps qui passe, au détriment de la Terre, tout ceci toujours en suspens.
    Peut-être était-ce une volonté, de ne pas avoir composé une musique « plus rapide », accompagnant de fait l’inexorable disparition très rapide des terres agricoles… (?)
    Mais au final – car j’ai de nouveau regardé ce documentaire cet après-midi – je me dis que c’était ainsi qu’il fallait faire.
    Car la musique, ainsi livrée, est davantage en accord avec ces « Résistants-là ». Elle les accompagne. Elle ne les dessert pas.

    Donc… voir « La Terre et le Temps », me paraît plus qu’essentiel !

    J'aime

      1. De rien, c’est juste très sincère.
        Bravo encore pour cette qualité et cet humanisme très forts qui se dégagent de ce documentaire, qui nous amène à nous balancer entre sourires et larmes, en un mélange un peu confus de déceptions passées et joies à venir.
        Le cul entre deux chaises… finalement.
        Mais on espère pour eux le meilleur, tout en sachant bien les montagnes de difficultés auxquelles ils font déjà, et devront toujours et encore faire face.

        Que c’est compliqué d’être Paysan de nos jours… alors que c’était (techniquement) si simple et naturel avant, au-delà du labeur que cela a toujours impliqué.
        S’il y a bien « un métier » dont on doit fortement craindre sa disparition progressive, c’est bien celui de Paysan. Synonyme de « Nourricier ».
        Je veux bien, moi, planquer du Pomerol, mais s’il n’y a plus grand chose pour l’accompagner (côtes de bœuf bazadais, pommes de terre, gariguettes, etc.), à quoi bon planquer du Pomerol ?!…

        Le « Paysan » doit devenir « une espèce protégée », classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité. Au même titre que devrait déjà l’être l’Eau potable.
        Sinon, on va devoir dorénavant bouffer des cloportes aux algues. Et je ne suis pas très certain que mon Pomerol accompagne très goûtument ces mets nouveaux…

        J'aime

  2. Hier, j’avais’ mariage’, encore raté ‘Hors la loi’. Je veillerai pour ‘Apollo’, … et je veux bien le lien pour ‘La Terre et le Temps’ 😉

    J'aime

  3. J’aime bien l’image: des siècles d’évolution technique pour en arriver à redécouvrir la patate! 🙂
    Je n’ai pas encore vu « La Terre et le Temps ». Apologize.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s