Macron et les APL

ISF

La politique fait partie intégrante de notre vie. Plus ou moins. Ça dépend des gens. La vie toute entière est dépendante de la politique. Les mots que l’on entend ou que l’on lit. Les décisions qui nous affectent, nous, nos parents ou nos enfants. Les regards que l’on porte sur les autres. La politique, en réalité est partout puisque c’est elle qui régit notre organisation sociale. D’elle dépend que nous soyons repliés sur nous-mêmes, ou ouverts aux autres. Elle décide ou non d’élargir notre regard. Seuls, nous sommes peu de choses.

On peut s’étonner que la politique occupe autant de place dans ce blog. Je ne suis pas un militant qui navigue de réunions en meetings. Mais la politique, elle me concerne, au même titre que l’art, la vie affective, familiale, le travail, les loisirs. Parce que je ne suis pas seul au monde et que le monde est régi par le politique (aujourd’hui plus que jamais les intérêts économiques de quelques-uns).

Quand Macron justifie sa mesure pour la baisse des APL en utilisant l’héroïsme du gendarme Arnaud Beltrame, j’ai juste envie de vomir. Comment rester indifférent ?

Il est où l’héroïsme qui consiste à baisser les aides pour une économie de 32 millions d’euros mensuels quand, en même temps, on supprime l’ISF (4,1 milliards) avec remplacement par l’impôt sur la fortune immobilière qui ne rapporte que 0,8 milliards. Soit un cadeau aux plus riches de 3,3 milliards. Il est où, ton héroïsme, Macron ? Honte à toi !

11 réflexions sur « Macron et les APL »

  1. Le problème des APL n’est qu’une foutue illustration du tout.
    On en causait tous ensemble dès le départ, que les moins nantis l’auraient encore plus dans le fion.
    Ben ça n’a pas raté ! Fallait pas non plus être politologue averti pour sentir le vent mauvais qui venait…

    La grande cavalcade a débuté il y a (déjà) un an. Et elle continue, en ce même sens. Et c’est loin d’être terminé.
    Quand j’étais môme, nos anciens nous mettaient l’accent sur le fait qu’ils avaient dû bouffer « de la vache enragée », comme ils disaient. Et que nous, les mômes d’autrefois, on devait en passer forcément par-là pour se construire.

    Ben aujourd’hui, quelque vache enragée que tu aies pu avaler, si malgré tout t’as pas grand chose, t’en auras encore un peu moins demain…
    Agriculteurs (… « Terre et Temps » illustrant ceci), artisans, smicards, femmes seules avec enfants à charge, vieux retraités touchant une misère mensuelle alors qu’ils ont commencé à marner dès 13 ou 14 ans… et tant et tant d’autres cas. En cet objet de démunis à l’issue d’une vie de labeur, la diversité des cas est malheureusement immense.

    Mais bon… Ben oui, faut relever la France, se retrousser les manches, selon le discours « du roi » et de ses ministres bien accroupis devant lui (dans « accroupis », on entend « croupis »).

    Et se retrousser les manches, quand on porte des boutons de manchettes, c’est un peu plus compliqué…

    Alors l’État compte sur ceux à qui il manque de simples boutons de mercerie – coûtant juste 3-4 sous – boutons de chemises qu’ils peuvent eux s’acheter – pas les machettes, tu penses bien qu’ils n’en ont rien à cirer.
    Les besogneux demeurent donc à la tâche, comme de tous temps. Vaches à lait inexorables. Et les gros continuent de grossir et s’engorger. Au grand détriment d’autrui.

    Très sincèrement, juste techniquement parlant, je ne pense pas que « la méthode » soit appropriée. Augmenter le nombre de laissés pour compte n’a jamais favorisé la belle évolution d’une Société.
    Sans déconner, le bilan de ces « un an » est que, sous prétexte de réformer le Pays, Macron le déforme au gré de ses sales réformes. Pas grand monde le comprend, d’ailleurs. Beaucoup se sentent lésés, délaissés.

    Il assomme ainsi peu à peu juste « des Gens »… Un Peuple simplement en attente de justice sociale, d’équilibres entre les nantis – très souvent les mêmes et ce, depuis des siècles – et les 99.9% d’autres qui de par leur labeur quotidien les engraissent bien au-delà de leur volonté propre .

    Paraître n’est pas convaincre, ni bien utile pour réformer positivement la Société. Où l’on voit bien que « La Comm » atteint ici, au bout d’un an de règne, ses putains de limites.
    Peut-être faudrait-il que sa metteur en scène de l’époque, épouse d’aujourd’hui, lui reprécise où se situent les côtés « cours et jardin », afin que ses « sorties macronnesques », à notre bon roi nouvellement élu, soient moins merdiques. Et que son jeu de scène devienne un peu plus sincère et attentionné envers « les spectateurs » que nous sommes tous aujourd’hui.
    Pour l’instant, de simples spectateurs… Car nous serons bientôt « les interprètes » de demain. Face aux urnes et à la scène nationale.

    S’il est intelligent – ce que je crois bien évidemment – il lui faudrait avoir un peu de perspectives quant à son avenir politique. Car de jeunes footballeurs ont grandement brillé lorsqu’ils débutaient, tous fougueux qu’ils étaient – comme Macron en politique. Mais au bout de quelques temps, les défenseurs adverses ont eu grande facilité à le contrer, ayant bien compris ses dribles.
    Ben Macron, pour l’instant « il dribble »… Il passe… C’est le M’Bappé de la politique du pays. Mais M’Bappé commence à se faire diablement contrer par ses adversaires…
    Macron, ça lui pend au nez !

    APL… APL… C’est quoi déjà « APL » ?
    Oh, moi et les sigles, pffff… : Andouille de Politique Libérale ?
    JJS : J’avoue que Je Sèche.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s