Addiction

IMG_3076

Je viens de traverser une période d’addiction à l’écriture. J’ai travaillé comme un forçat, rivé au clavier, dans l’optique d’avancer sur mon bouquin avant de partir tourner mon documentaire samedi. Je me demandais au départ si j’aurais la matière à ce que je veux raconter, mais une phrase génère l’autre, la pensée s’écoule comme un torrent qui grossit de jour en jour. Je décide de m’arrêter, de souffler un peu mais une fissure à ma résolution s’ouvre aussitôt, m’invitant à poursuivre d’un petit paragraphe et ce sont des pages entières qui se remplissent.

Je ne prétends pas faire de la littérature et ce n’est qu’une première version instinctive qui est en train de naître. Une repasse de tout ça aura lieu, bien sûr. Beaucoup de travail, encore.

J’en suis à l’étape où je me demande si ce que j’ai écrit va intéresser quelqu’un. Je raconte mes dix années d’expériences. Mais va-t-on lire quelques révélations de l’invisible ou ne verra-t-on que l’obsession maladive d’un pauvre gars qui s’acharne à vouloir le rendre visible ? Les deux points de vue sont possibles et indissociables. Une quête monolithique côtoie nécessairement une forme de folie.

18 réflexions sur « Addiction »

  1. La folie pure te pousserait dans un délire d’un autre monde.Ta quête d’un monde existant à révéler n’est pas démente. Elle paraîtra inutile à certains, absurde à d’autres … qu’importe. Et beaucoup d’autres encore, t’entendront. Tu n’es pas un pauvre gars déboussolé et l’acharnement des intègres et rigoureux finit toujours sur des évolutions intelligentes.
    N’oublie juste pas de doser cet acharnement, le sentier est long 😉

    J'aime

  2. C’est malin… le copié-collé de ton écran pour ce post !
    L’écriture n’est qu’une addiction :
    – Qu’est-ce que tu prends bb ?
    – Je ne sais pas, ou si… tiens… laisse, je me sers… : juste un petit verre d’écrits, léger et sans glace.
    – Tu veux quelques mots avec ? En amuse-philo…
    – Non, ça va aller, je te remercie… j’ai quelques maux qui induisent mes mots. Sans glace, merci.
    L’écriture est plus prenante – saine soit-elle – que toute autre addiction.
    Mais c’en est une, comme en sont d’autres.
    Je n’ose te proposer de ne t’y adonner que par « intermittence »…

    J'aime

      1. Bah, tu es toi. Un et multiple. Curieux de tout. Artiste et perfectionniste.

        Tu ne connais pas l’ennui… et tu nous l’évites à te lire : cela est formidable ! 😉

        Ceci dit, et bien que j’en fasse aussi, euh, relis-toi pliz, ya une p’tite fôôte dans ta dernière phrase, « je fait » ça s’écrit « je fée »… c’est plus joli !

        J'aime

      2. N’écoute jamais les autres – sauf « Une », s’il y a lieu (…) – et fait donc comme bon te semble.
        Contrarie ainsi les bons penseurs, les tourneurs en rond, ce qui ne font jamais avancer les choses, finalement.
        Continue bien d’emmerder puissamment ce « Landerneau », car c’est ainsi que tu avances et proposes à d’autres d’avancer avec toi – et bien d’autres – en ces chemins-là.
        Sinon, on n’a pas le cul sorti des ronces !… (aïe !)
        Et au final, si tout cela merde à souhait – considérant le fabuleux domaine de l’utopisme – il ne nous restera que « le ponton », en termes de refuge rassérénant..
        Pas d’inquiétude… les réserves vivrières sont sur site, bien cachées mais bien présentes !
        « Pépé Sergio » vous garantit le bon lieu de refuge, au cas où ce soit le bazar monumental…
        En revanche, amenez vos serviettes de tissu, ça évitera le « gaspi »…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s