La banalité

IMG-0019

Je n’aime pas me lever tard. Mais en rentrant du théâtre, impossible de se coucher. Poursuivre la lecture qui avait accompagné le voyage en métro. Et puis soudain, il est tard. Le matin, la vie normale te réveille parce que l’immeuble n’est pas insonorisé. Alors tu râles un peu. Et puis tu te rendors. Le vrai réveil lui, beaucoup plus tardif, te donne aussi envie de râler. Parce que c’est samedi, que tu voudrais avancer sur ta réécriture de Manigances et que tu joues deux fois, aujourd’hui. Tu ne pourras pas travailler sérieusement. Tu écoutes la radio en prenant un petit déjeuner que tu n’apprécies pas et on te parle de cet attentat en Égypte dans une mosquée. Trop de morts. Et en queue de journal, celle du tigre abattu en plein Paris. Le ciel est lourd. Alors tu fais un article de blog parce que tu n’as pas eu le temps d’en faire un la veille. Ni l’avant veille peut-être.

Tu repenses à cet article que tu voulais écrire et que tu n’as pas écrit. C’était un article titré « ce salaud qui a voulu ruiner ma carrière ». Tu aurais pris soin que les premières phrases laissent entendre que tu allais balancer grave dans cet article. Juste parce que Facebook laisse apparaître les premières lignes. Et puis, un paragraphe plus tard, tu aurais mis le lecteur dans la confidence que tu n’as aucune envie de balancer quiconque. Tu voulais juste voir le nombre incroyable de clics que tu aurais généré. Parce que ce qui intéresse vraiment les gens, ce qui les pousse à cliquer, c’est le bad, le mauvais, quand tu es la victime. Ou à l’opposé, quand tu es le winner, le grand vainqueur distingué. Quand tu te fends d’un article de fond, sur des sujets qui te touchent vraiment, tout le monde s’en tape. Tu te demandes pourquoi tu écris ce blog, en fait. Mais tu ne parviens pas à l’arrêter.

15 réflexions sur « La banalité »

  1. … »Tu te demandes pourquoi tu écris ce blog, en fait. Mais tu ne parviens pas à l’arrêter. »…😥 tant mieux ! Parce qu’il compte, ce blog ! Il me parle, m’interpelle, m’instruit, m’amuse ou m’énerve…et tout ça, avec une franchise rare qui en fait tout le prix. Je dis merci.

    J'aime

  2. Si c’est comme cela, on ne se connait que via le net, mais je vais vous tutoyer :
    Moi, je te connais parce qu’un jour en vagabondant sur internet, je suis tombé sur cette chanson « Roissy », et j’ai trouvé ça sympa. Ensuite j’ai suivi tes aventures de loin, depuis mon petit bureau au fond du jardin (là je romance un peu), via le blog. Tes déboires d’acteurs, les hauts,et le bas, le petits rôles qui se remarquent. Ben, que quelqu’un ai les « couilles » d’y aller, alors que moi, pas trop, ça m’a fait du bien. Alors forcément, là ça va mieux pour toi professionnellement, mais comme t’es aussi un auteur, un artiste dans tous les sens du terme, tu veux qu’on te remarque, mais enfin…. pour des choses que tu resent vraiment, pas pour des sujets secondaires, c’est aussi cela exister, se sentir aimé pour son intérieur, pas seulement sur l’apparence. Et ne plus être rebelle et critique sur le monde dans lequel on vit, c’est aussi perdre de la substance artistique, faire parti du « système », système pas toujours très humain, injuste, ou le « bien faire » est dévalorisé, ou le markéting est roi, avec la com qui va avec.
    Alors là je me permet de t’engueuler un peu, parce-ce que si tu arrêtes ce blog, cet espace de liberté, cet espace ou tu peux dire vraiment ce que tu pense, après toutes ces années, ce sera comme justement entrer dans le système, au prétexte qu’il y a peu de vues ou de réaction. Ce qui compte, c’est pas la quantité, c’est pas le com, si personne ne lit c’est pas grave, et si seulement quelques dizaines de personnes lisent, et que ça les fait s’énerver, t’engueuler, réfléchir, rêver, c’est une grande victoire. Internet reste, et tous ces texte avec, le buzz lui est vide remplacé par d’autres buzz.
    Bon la on ne se connait pas très bien et passé ce moment de colère, je vous re-vouvois. Donc j’ai cherché cette chanson Roissy, que je n’ai pas entendu depuis longtemps en fait, mais que dans un souvenir lointain je trouvais super, Internet semble l’avoir perdue. Donc j’en profite pour vous demander s’il y a un endroit ou on pourrait l’écouter.

    J'aime

    1. Tu m’as bien fait rire, Hervé ! (je me permets de te tutoyer) Tu as raison sur plein de points, voire sur tous. Sauf que, d’une part, j’ai des limites dans l’ouverture de gueule.Comme tout le monde. On dénonce (sans balancer) mais sur les vraies ordures, on de dit rien parce qu’on est trop lâche et qu’on les craint. Pour le buzz, tu as aussi parfaitement raison. J’ai d’ailleurs pensé retirer le relai que je donne à mon blog sur FB. Enfin, Roissy, je ne sais plus moi-même où elle est et je ne tiens pas à ce qu’on la retrouve 😉 C’était il y a longtemps et il me prends parfois l’idée d’écrire à nouveau des chansonnettes. Mais mon emploi du temps ne me le permet pas. En tout cas, merci.

      J'aime

      1. J’ai gardé tous mes mail, et ceux sur vos chansons date de 2004 !!!! le temps passe. Je comprends que parfois on ne veuille plus revenir sur d’anciennes choses. Moi même je n’ai qu’un vague souvenir de cette chanson, une impression, j’avais aimé le côté cinématographique de la chanson, et le sentiment est toujours là. Mais peut être que si j’écoutais maintenant, cela ne me ferais plus la même chose. Mais ce qu’on a fait, c’est le sédiment de ce qu’on est, il ne faut pas forcément le laisser caché.

        J'aime

  3. Qu’il s’agisse de choses légères (assez rare…), de science, d’actu, de coups de gueule socio-politiques, d’art en général, de détails parfois incongrus – pense-t-on -, ou de tout et je ne sais quoi en général – ta diversité… eh bien, te lire, reste toujours très intéressant et souvent mâtiné de surprises.
    Tout ceci fait bien le bon sel de ton blog. C’est ma réponse à ta dernière phrase !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s