Heure d’hiver

horloge

Réjouissons-nous ! On a gagné une heure. Une belle victoire. Une heure, ce n’est pas rien. Soixante minutes gratis. Une heure de sommeil en plus ? Pas obligatoirement. Une heure de sommeil en plus, c’est ce qu’on nous dit dans les journaux. Comme si le sommeil était le sommet de nos espoirs. Pour moi, c’est une heure en plus pour travailler, aller au cinéma. Mais cette heure gagnée, c’est aussi une heure de soleil en moins l’après-midi. Une heure qui va nous encourager à rentrer dans nos maisons plus tôt, le soir. Nous calfeutrer dans le cocon. À nous coucher plus tôt. Du premier jour où Giscard a décidé de nous filer cette heure d’hiver, je l’ai détestée. Et tous les hivers, j’attends avec impatience le retour aux heures vraies. Le soleil nous privant naturellement de ses rayons chaque jour un peu plus tôt, je n’ai jamais compris quel besoin on avait eu d’en rajouter. Je n’arrive même pas à comprendre en quoi ça provoque des économies d’énergie, tel qu’on avait présenté l’objectif à l’époque, alors qu’on est obligés d’allumer plus tôt les lumières.

Mais symboliquement, ce passage à l’heure d’hiver correspond bien à la période que nous vivons. Nous sommes passés à l’heure d’hiver de nos colères, de nos révoltes. L’impôt sur la fortune est effacé. Les taxes sur les dividendes sont annulées. Ces cadeaux, l’un volontaire, l’autre constitutionnel, faits aux plus riches vont accentuer les déficits par l’affaiblissement des recettes de l’état. Et comme il n’est pas question de laisser filer les déficits, qui c’est qui va payer l’addition ? Nous tous. C’en est caricatural, grossier. Et pourtant, alors que chaque décision prise par le pouvoir grignote sur nos droits, l’humeur est au fatalisme, au silence. J’ai lu ici que l’on s’indignait que telle conseillère municipale de la France Insoumise ne voulait pas quitter son logement social. Oui, c’est vrai que d’un point de vue éthique, on peut se poser la question, même si elle a parfaitement le droit d’habiter ce logement qui n’est pas un HLM soumis aux revenus. Mais rien à voir avec les vrais scandales d’un Ferrand innocenté par la justice, d’un Fillon, de tous ces anciens hommes politiques, Sarkozy, Strauss-Kahn, Fillon, reconvertis dans la finance et le business. Non, rien de tout cela ne nous choque. On préfère être choqué par la locataire. C’est le nouvel ordre des choses. Les indignations se déplacent. Je suis moi-même indigné d’avoir un iPhone et de prendre de temps à autre un Uber. Ne suis-je pas un complice du capitalisme ? Honte à moi !

La colère va-t-elle renaître avec le printemps ? Au nouveau changement d’heure ? Rien n’est moins sûr. Macron, c’est en profondeur qu’il change les choses. C’est son application hypnotique du libéralisme qui nous modifie en profondeur. Pour les connards de fachos, les responsables de tous les maux restent les étrangers et les migrants. Ceux-là, les citoyens éclairés à la lueur de leur trouille et de leur haine, ils ont le cerveau complètement gangréné depuis longtemps. Mais pour les autres, l’ennemi principal c’est Mélenchon et ses insoumis. Désormais, il excède dès qu’il ouvre la bouche, jusqu’à des gens qui étaient convaincus par son discours pendant les élections.

Mais ne nous y trompons pas. Ce n’est pas lui qui excède. C’est la pensée révolutionnaire. On n’est plus loin du temps où les gauchistes seront traités comme des terroristes. On est en train d’entrer dans l’ère du conformisme à tous les étages. La culpabilisation de tout ce qui n’est pas dans la norme sociale, politique ou scientifique. On entre dans le temps où le réel est décidé en haut lieu. Pas par un clan secret en capuche comme l’imaginent les complotistes, mais par la partie pensante de notre société. Celle qui parle à la télé. Celle qui privilégie la raison à l’émotion, l’hémisphère gauche à l’hémisphère droit. Par nous-mêmes en fait.

Je déteste l’heure d’hiver.

Post-article : En fait, encore une fois, je dis des conneries : L’heure d’hiver c’est l’heure de base. C’est l’heure d’été qu’il a changé le père Giscard. Eh ben, dans ce cas, il aurait dû mettre l’heure d’été sur toute l’année et même nous mettre à l’heure solaire, tout connement.

11 réflexions sur « Heure d’hiver »

  1. Faut pas se laisser aller, tiens, avec l’heure en plus -enfin, on la reperd en été, c’est une heure à crédit-
    donc, avec cette heure, imaginons la chose suivante : dans un billet précédent, il n’y avait presque plus d’insectes, et donc presque plus d’Hirondelles, et plus d’Hirondelle, plus de printemps…..:(.
    Seulement, il en reste quelques-unes, et celles-là sont vraiment vivaces !
    Après tout, les conventions humaines, c’est à dire les façons d’échanger, de faire société, ne sont que des conventions. Et cette structure de conventions, pour tenir, il lui faut, soit le consentement de la majorité, soit la force venue d’en haut. Y’ a rien de naturel là dedans, la culture collective qui fait accepter ou non, c’est justement de la culture, donc ça bouge….
    Dans des bureaux bien feutrés, ils n’imaginent pas ce qui se passe… alors ils suivent leur route, c’est leur projet ;
    Imaginons ces gens : ils sont dans leur voiture (de luxe), et regardent le monde au travers de la série d’indicateurs qu’on leur a présenté comme les plus fiables, et les plus scientifiques. Il sont sûrs de ne pas se tromper, les statistiques ne mentent pas, la technique est fiable.
    Le plan s’élargi.
    Il y a une foule. Des personnes qui regardent ces voitures. Ces voitures sur cette route, cette route si fiable, qui en fait est un circuit dans une bulle translucide. Y’ a pas d’indicateur pour voir les bulles, alors dans leurs voitures, les conducteurs ne connaissent pas leur situation. Ils n’ont jamais vu d’hirondelle non plus, elles sont parties avec les insectes.
    La foule n’ayant pas tout ces indicateurs, et n’ayant que faire de la performance maximum, trop occupée à juste vivre ou survivre, a pris soin des hirondelles. Là, elle observe un nuage d’hirondelles qui s’envole vers la grosse bulle, le bec luisant. Le choc inévitable fini par se produire, la bulle se perce, et laisse passer les rayons du soleil de printemps. La route se disloque, et les débris ruissellent, et avec eux un tas de savants et de sachants qui se demandent bien pourquoi il restait encore de hirondelles. C’était donc cela la théorie du ruissellement : l’explosion d’une grosse bulle, des costards-cravattes dégoulinants pour finir coincés dans les cellules d’un tableur, et une masse humaine qui, enfin libérées les observe un brin moqueur….
    Gros plan final sur l’horloge qui s’interroge sur ce qui se serait passé si elle n’avait pas reculé d’une heure.

    J'aime

  2. Gagner ou perdre une heure n’est rien si on ne perd pas la tête! Les changements d’heures ont parfois des conséquences désastreuses et pas que sur les vaches. En 1642, Charles Ier, roi des Angles et des Saxons, décide (entre-autres conneries) l’abolition du rituel de la consommation du thé. En guise d’exemple, il exécute toute une famille paysanne pour avoir enfreint cette nouvelle loi le lendemain de sa mise en application. La suppression de « l’heure des thés » lui vaudra sa tête tranchée sur le billot (la théorie du ruissellement). Cromwell s’installe au pouvoir et une de ses premières mesures sera de rétablir la coutume de l’heure du thé….Ce qui lui assurera dix ans de pouvoir.
    Bien entendu, ceci est un fake historique, comme le fait que les anglais buvaient de l’eau chaude avant qu’Astérix importe les feuilles de thé…:-)

    J'aime

  3. Quand Bébel et Gabin ont tourné « Un Singe en Hiver », c’était l’heure d’été ou l’heure d’hiver ? C’était l’heure, en tout cas !
    De toute façon, quand je me lève, il fait tout le temps encore nuit. Et lorsque je me couche, il fait tout le temps déjà nuit.
    Et entre les deux, il fait généralement jour. J’ai quand même une sacrée putain de chance, moi !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s