Je suis allé consulter

fauteuil

Bonjour Docteur. Je ne sais pas ce que j’ai. Je me sens tout chose. Pas très bien dans la communauté. Pas très à l’aise. Depuis quelques mois, notre président m’a dit que j’étais quelqu’un qui n’est rien, que je n’avais qu’à travailler pour me payer un costard, un fainéant, un cynique, un égoïste, un extrémiste, un raté du suffrage universel et que je foutais le bordel au lieu de candidater pour un emploi précaire dans une fonderie dans un département voisin. Je me demande si je n’ai pas raté ma vie. Si je ne suis pas un boulet pour notre société. Si les gens comme moi ne feraient pas mieux de se taire pour ne pas gêner l’épanouissement de ceux qui sont tout.

Parfois, j’avoue, pardonnez-moi Docteur, que je rêve d’un monde dans lequel je ne serais pas montré du doigt, où l’on ne me culpabiliserait pas, où les gens qui ne sont rien seraient respectés, feraient partie du tout. Je sais, je sais… Toujours ces bouffées marxistes qui me reprennent.

Vous pouvez me prescrire une boîte de Libéralox des laboratoires Merck et un vaccin contre le gauchisme ?

11 réflexions sur « Je suis allé consulter »

  1. Perso, je me suis fait prescrire des suppositoires à base de bonheur(s).
    Ma toubib m’a bien dit qu’il y avait quelque contre-indication (maux de Société, en particulier, voire de fion – bien qu’ils ne soient pas si ‘volumineux » qu’ils y paraissent, ces suppo-là).
    Depuis deux-trois jours, j’ai donc testé cette posologie… Ben ça me met chiasseux plus qu’heureux !

    Ma toubib m’a révélé que j’avais contracté « une nouvelle maladie » (oui oui…) : « une Macronésie interne ».
    Cette ‘nouvelle maladie’ agirait sur les sous-couches des tissus cervicaux (d’après ma toubib)…
    Elle m’a dit, précisé même, ceci : « Tu la chopes par inadvertance, juste en te baladant dans ta société. Et tu te lèves au matin, et BIM !!!! Tu l’as déjà chopée ! »
    Pffff…….. Et merde !
    Ça prévient pas… qu’elle m’a dit…
    Et merde derechef !
    Du coup je flippe… Et je double ma posologie Suppo.
    Suis pas sûr d’y arriver quand même………..

    J'aime

      1. Exactement !
        Sans t’avoir lu, je l’ai pensé et te l’ai écrit ce soir. Il y a ainsi quelques évidences…

        J'aime

  2. Bernard, laisse tomber le psy, le gauchisme n’est pas une maladie honteuse mais une « bonne » maladie: l’amour de l’égalité appelé jadis vertu. Au temps où le coté gauche de l’Assemblée (Convention) voulait l’émancipation pleine et entière des faibles, des malheureux, des petits, des ordinaires, de toute tradition et de tout guide jupitérien. Le gauchiste est celui qui fait mentir Schumpeter qui a écrit: « Le citoyen typique, dés qu’il se mêle de politique, régresse à un niveau inférieur de rendement mental, il redevient un primitif. »
    J’aime bien aussi le terme de « perturbateur macronien » de Philippe Sarro. Perturbons, perturbons….nos leaders pseudo-éclairés à la « pensée complexe ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s