Cendrillon (de Joël Pommerat)

cendrillon
photo : Cici Olsson

Attendre le dernier moment. J’ai vu hier Cendrillon de Pommerat. Se sentir en connivence, tout en reconnaissant la qualité et la précision du travail que l’on n’atteindra sans doute jamais soi-même. Comme la matérialisation de ses idéaux artistiques.

La différence entre le commun des mortels et les artistes c’est que ces derniers sont des malades mentaux qui osent poursuivre leurs rêves jusqu’à les réaliser. Obsession. Acharnement.

J’ai aussi goûté la musique d’Antonin Leymarie. J’avais une oreille toute ouverte puisque je suis en train de composer. Compositions ludiques sur des mélodies simples et populaires. Tout validé avec délectation.

Les claques artistiques, c’est toujours ça pour moi : voir ce qu’on aimerait arriver à faire soi-même. Encore une histoire nombriliste. Et alors ? Chacun de nous ne passe-t-il pas sa vie à tenter de lui donner un sens ? Ça passe nécessairement par la case « je » (de façon plus ou moins frontale).

Guettez lalogiqueimperturbabledufou de Zabou Breitman joué à Avignon au théâtre des Halles pendant le festival. Si vous avez aimé Cendrillon, vous adorerez lalogique…

2 réflexions sur « Cendrillon (de Joël Pommerat) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s