Petit mot énervé contre la pensée soft

comm

En tenant ce blog depuis 2004 et en le relayant sur Facebook depuis quelques années, j’ai pu observer l’évolution (non pas dans les commentaires qui sont faits par des copains car les contradicteurs sont autant silencieux que narquois) de la pensée commune qui se concrétise par l’apparition des pseudos intellos softs. C’est quoi ? C’est des mecs et des nanas hyper positifs et pragmatiques, qui derrière leur « c’est plus compliqué que ça » et « en même temps » se laissent aller à leur mépris du discours simple (qu’ils jugent simpliste). De préférence, si ça vient de la gauche (Insoumis, zadistes, écolos, etc…). Pour les pseudos intello-softs, l’écologie impose un lobbying forcené à l’Europe et dans toutes les instances mondiales.

Interdit de dire que la ministre de la santé a passé sa carrière dans les labos pharmaceutiques et qu’elle veut imposer 11 vaccins obligatoires. Comme si l’on n’était pas en droit de se poser la question du possible conflit d’intérêt.

Interdit de dire que les perturbateurs endocriniens, c’est pas forcément bon. Et quand ce sont une centaine de scientifiques qui présentent une pétition, pour le pseudo intello-soft, ces signataires ne sont en rien représentatifs de la communauté scientifique. Comme si on n’avait pas le droit de dire que les comités qui évaluent les dangers de telle ou telle chose ne se fondent que sur les études autorisées par les grands laboratoires et l’industrie chimique. Quasiment aucune étude universitaire n’est prise en compte et est éliminée parce qu’elle ne correspond pas aux protocoles de l’industrie chimique ou pharmaceutique. Les dés sont pipés, mais le pseudo-intello-soft préfère jeter ses accusations sur les contestataires supposés être des imbéciles.

Pour les sujets qui nourrissent une partie de mon intérêt dans la sphère intime, ce qui tourne autour de la métapsychique, parapsychologie, guérisseurs, c’est pas compliqué, nous sommes soit des gourous qui abusons de la crédulité des imbéciles, soit des imbéciles crédules nous-mêmes. Nous nous référons pour eux à des pseudosciences. Et je vous prie de croire qu’on les fait rire !

C’est d’ailleurs le mot croyant qui revient dans leur discours à propos de toute contestation. Nous ne serions que de pauvres imbéciles, donc, victimes et médium de la pire engeance complotiste. Croire en une autre politique, d’autres rapports économiques et sociaux, c’est être un croyant. Car eux, les pseudo-intellos soft, il se réclament de la connaissance scientifique objective. Tu ouvres la bouche sur l’agriculture ? Ferme-la si tu n’as pas lu toutes les études scientifiques relatives aux pesticides et aux bienfaits de l’agriculture industrielle grâce à laquelle il n’y a plus de famine dans le monde. La famine au Soudan ? Pas la peine de leur en parler. C’est dû à un contexte géopolitique complexe qui n’a strictement rien à voir avec la mondialisation et le libéralisme mondial.

L’autre jour, je postais un article sur Facebook qui relatait une intervention très fine de Myriam El Kohmri qui disait que Mélenchon était responsable par sa violence de l’attaque subie sur un marché par NKM. J’avais évidemment commenté l’article en racontant toutes les manipulations des discours de Mélenchon par la presse pour conforter son image très largement répandue de mec violent, un dictateur en herbe (idée largement définitive des pseudo-intellos-softs). Je concluais en disant que personne ne s’inquiétait en revanche de voir que Macron et ses amis allaient faire passer dans le droit ordinaire des mesures de l’état d’urgence. J’achevais ce court commentaire par, « comme le ferait n’importe quel petit dictateur ». Et là, j’ai une amie qui me dit : « tu n’as pas le droit de faire de tels raccourcis ». Hein ? Je n’ai pas le droit ? Et MEK, elle fait quoi la macroniste en disant que NKM c’est de la faute à Mélenchon ? C’est justement pour illustrer son raccourci ridicule que je me suis permis de… Mais je n’en veux pas à cette copine qui est juste une anti-Mélenchon épidermique.

Bref, le libéralisme c’est l’accroissement de la pauvreté et de la richesse d’une minorité. C’est peut être plus compliqué que ça, mais allez donc observer toutes les données chiffrées et scientifiques. Elles vous raconteront que cette idée simpliste est vraie. Vous pourrez bien l’atténuer par ceci ou cela, elle reste cruellement vraie.

Ce mouvement de pensée que j’avais déjà observé et dont j’ai déjà parlé dans ces colonnes, il est désormais largement représenté à l’assemblée nationale. C’est du pur Macron.

Courage et vive les insoumis de toute espèce ! Vive les raccourcis et la pensée simple ! Et ne nous cassez pas les couilles (vous allez m’écarteler parce que j’ai dit un gros mot ?) avec vos interdictions intellectuelles conformistes qui ne s’offusquent que de la contestation. Je viens de vous servir un beau mille feuilles comme vous les exécrez (j’allais oublier le concept de mille feuille !). Oui, parce qu’on mélange tout, nous, les incultes…

22 réflexions sur « Petit mot énervé contre la pensée soft »

  1. Ce discours ne se limite pas à la sphère politique ou philosophique , il est également présent dans la culture où, plus c’est simple c’est, mieux c’est. Plus c’est manichéen plus ça marche. Au théâtre, à la télévision et même, en tout en cas souvent en France, au cinéma.Des enjeux simples, des personnages archétypaux, une vraie mythologie moderne de la connerie….

    J'aime

  2. Les 3 ministres Modem dont Bayrou quittent le gouvernement, décidément certains doivent se sentir cocus et dire que Macron veut un pays de licornes et ce sont les cornes que les français vont avoir.

    J'aime

      1. Le discours de Macron est pavé de bonnes intentions mais je suppose qu’il aurait pu être écrit au moment de la révolution industrielle du XIXème siècle une autre époque de disruption et on sait ce qu’il en est advenu, c’est pour ça que la gauche a encore un rôle à jouer même si elle doit se réinventer pour être à la page des défis qui sont devant nous car cet accélarationnisme promus par le Chef de l’Etat n’est pas exempt de nouveaux barbarismes.

        J'aime

  3. Continue, et même avec des gros mots, ton analyse de la nature humaine « à tous les niveaux » est très subtile et bien analysée…Lucide, Anselme! 😉

    J'aime

  4. Puisque tu me cites, fais le vraiment, je n’ai jamais dit « tu n’as pas le droit »… Et je disais précisément que MEK faisait, elle, des raccourcis et que l’on n’était pas obligé de faire de même, que c’était même contreproductif pour défendre ses idées. Décidément, tu n’avais rien compris à mon message. Enfin je ne suis pas une anti Mélenchon épidermique. D’ailleurs je ne parlais pas du tout de lui mais bon… Je suis juste une citoyenne qui s’intéresse à la politique depuis longtemps, notamment à l’histoire de la gauche, et à ce titre je connais le parcours politique du bonhomme et ne suis pas dupe. Si je réagis de temps en temps sur des posts pro-Mélenchon et je te rassure ce n’est pas mon occupation principale j’ai du le faire deux ou trois fois en passant sur la centaine de posts qui ont émaillé mon fil facebook pendant la campagne, c’est toujours à sa personne et à certains de ses propos populistes, propos parfois repris par ses soutiens, que je m’oppose. Je m’oppose avec des arguments et non pas de façon épidermique, et je pense en avoir le droit. La preuve de ma non-épidermie, je partage certaines idées qu’il défend. Comme je partage ce que tu dis dans ton article sur plein de sujets, conflit d’intérêt, etc. Tu nous abreuves suffisamment de tes idées pour que deux fois l’an nous ayons le droit d’exprimer les nôtres, même si elles ne sont pas exactement les tiennes. Ca s’appelle le débat républicain. Sans rancune…

    J'aime

    1. Ce n’était pas obligé… Béryl, tu sais bien que tu n’es pas concernée par l’ensemble de l’article. Et je suis désolé d’avoir fait référence à tes commentaires. Je m’inquiète du rejet d’un niveau de langage qui est celui de la lutte : sans nuance et sans retenue, qui rentre dans le lard. La lutte a besoin de ce langage. En s’attaquant à lui, c’est la lutte que l’on vise (inconsciemment souvent). Moi aussi, je sais d’où il vient, le loustic, comme je sais d’où viennent Macron (dont l’Ego n’a rien à envier à celui de JLM) ou Hamon ou Philippe ou Bayrou. En s’attaquant au niveau de langage, on se permet de ranger Le Pen et Mélenchon dans le même panier. Et c’est tout simplement une escroquerie intellectuelle, une insulte aux gens de gauche. Mais hâte de te voir en vrai et de rigoler de tout ça. Je n’ai pas ma carte aux Insoumis. Ni ailleurs. Le Front de Gauche me plairait bien…

      J'aime

  5. La « pensée soft » est le produit culturel lié à l’avènement de la société de consommation. Avec l’essor du numérique, elle influence la démocratie moderne, mais rend possible aussi la « contre culture », nous en sommes des exemples.:-)
    Les médias de masse (dit démocratiques) reposent sur une seule et même voix, ils multiplient les sources d’images et de sons pour créer des dispositifs d’encerclement (surround). Voir les explications de Fred Turner, spécialiste américain des sciences de la communication. Lire « Le cercle démocratique » ou voir ces 2 courtes vidéos:

    Aussi des articles:
    http://www.laviedesidees.fr/Des-medias-de-masse-a-la-revolution-numerique.html
    http://next.liberation.fr/culture/2015/02/27/pour-lutter-contre-le-nazisme-ils-ont-voulu-produire-un-homme-total-rationnel_1211127
    https://www.grazia.fr/news-et-societe/news/fred-turner-trump-est-l-incarnation-d-un-nouveau-fascisme-americaine-834901

    J'aime

  6. Pouf…. Suis tout vacciné, moi ! Tout bien comme il faut. Le carnet est plein. Les lobby-labos sont ravis.
    Mais c’est à cause de l’école primaire, tout ça. Et tu ravives tout cela, toi…
    A l’époque, ils t’attrapaient et vlan ! Sainte-piquouse t’adoubait !
    Mais aujourd’hui, je suis à l’arrache. Plus de rappels. Mais j’apprends, j’apprends toujours…

    Té ! D’ailleurs, je viens d’apprendre qu’il existait une nouvelle forme de bail. Oui, oui !
    Car tout benêt, toujours à l’école, j’avais appris un jour un mot nouveau : « emphytéotique » ! Putain, la vache… chiant à écrire, qu’on se disait avé les copains. Et en plus t’en prends pour 99 ans, qu’elle nous avait dit la maîtresse. Sacrée galère…pfffff…. 99 ans… !
    Et on se disait avé mes copains : « Putain ! Imagine que tu le signes à 32 ans le merdier… eh bien tu ne pourras le résilier qu’à 131 ans !!! ».On était bons en math.
    Et là, on s’asseyait pour réfléchir, avé mes copains. Car réfléchir debout, pour les garçons, c’est pas facile. Me demandez pas pourquoi… Je sais pas. Ça doit être un problème de… pfff… Non je sais pas.

    Ayant depuis grandi (de 39 cm), j’ai appris à ne pas devoir vivre 131 ans, mais aussi et avec joie ce jour-ci qu’un bail bien plus court venait d’être institué par l’État.
    Quelle ne fut pas ma joie ! Traumatisé que j’étais depuis ces temps lointains !

    Un bail… (asseyez-vous quand même, ça va swinguait), un bail dune simple durée de 34 jours! Il n’oblige qu’à de simples textes sans réelle portée juridique. Tu signes, tu signes pas… pouffff, on s’en fout… tout baigne… (coolos ces fumeurs de shit).
    Ça nous rappelle nos deals de gosses : cap ou pas cap !? Où on signait jamais !

    Ben ces cons-là (de l’État), ils l’ont institué le « Bail roux » ! Si, si, ils l’ont dit à la radio.
    Alors pourquoi « roux » me direz-vous ?… Ben j’en sais rien, moi ! J’suis pas l’État. Peut-être à cause du soleil couchant ? Ou alors à cause de tous ces vaccins qui te feraient, au final, roussir les cheveux ? Moi, je vois que ça comme explications « raisonnables ».
    M’en fous un peu d’ailleurs. Pas de bail en cours, pas de speed outre mesure, pas les nerfs à fleur de Pau.

    Merci Macrouninet, car j’ai trop souffert dans mon enfance à cause de « l’emphytéotique »… C’est quand même un merdier qui t’amène bien loin, l’emphytéotique. Alors que là, deux petits tours et puis s’en va.

    Demain, le thème politico-sociétal sera le viager. Important la réforme non-réformante du départ à la retraite, avec des indemnités de merde. Plus t’as bossé, plus tu l’auras dans l’os ! ou le cul… au choix.

    PS : j’ai bien essayé, par solidarité, de glisser « couilles », mais je n’ai pas trouvé les liens, sinon de dire qu’ils nous les brisent menues ! Dire sans évoquer (« Je balance pas… J’évoque ! »)…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s