Nouvelle France

MASO

La question qui trouvera sa réponse dimanche soir est la suivante : quel est le degré de masochisme des Français. Enfin, plus exactement, celui de ceux qui vont voter car les abstentionnistes ont choisi de ne pas se mouiller en dehors de la plage.

En effet, le seul programme vraiment connu de Macron, c’est de dézinguer le code du travail, s’attaquer aux allocations chômage et aux retraites. Donc les mecs, ils disent, oh oui, supprimez-nous les droits, on adore !

De nombreux candidats En Marche ont des affaires judiciaires qui vont leur tomber dessus, si ce n’est déjà fait pour certains. Le Modem est emmerdé avec ses emplois fictifs. Certains candidats n’arrivent pas à aligner deux mots cohérents devant les médias tellement ils ne maitrisent rien (j’épargnerai aux nullards les vidéos qui circulent partout où l’on voit ces prises de paroles pitoyables). On voit déjà que Bayrou veut jouer en solo.

Dans le XVIIIème arrondissement de Paris, deux candidats « majorité présidentielle » s’affrontent. La postière de la loi travail qui se réclame encore du PS soutenue par Macron et un mec de droite soutenu par le premier ministre. On est bien barrés en voyant déjà la tête de l’état commencer le jeu des coups bas. Ces gens devraient finir par s’autodétruire. Alors, qui va oser voter ni FN ni Macron, dimanche ?

19 réflexions sur « Nouvelle France »

  1. Si Mélenchon n’avait pas lui aussi été si petit dans sa défaite nous n’en serions peut-être pas là Bernard… Il a bien merdé et ça devient une spécialité au terme de ses campagnes présidentielles, son agressivité et son côté Stalinien finissent toujours par ressortir du bois et ça finit par faire fuir… je lui garde ma confiance mais combien ont déserté? Il avait été si grand, si présidentiable… triste…

    J'aime

      1. Je l’ai entendu s’exprimer ce matin sur Europe 1. Il évoquait à peu près cela : le côté réducteur où les médias le placent, prenant d’un phrasé « un peu limite », lors de l’un de ses meeting, et généralisant ses propos comme s’il s’agissait de sa ligne de conduite politique.
        Effectivement, ceci est un poil réducteur… J’en conviens, si l’on s’en tient juste aux propos en question. Car on sait tous bien ce qu’est le verbe produit en meeting. Il dépasse souvent la vraie teneur des programmes pensés. C’est juste du théâtre politique, ces meetings.
        Faut un peu creuser au-delà, et revenir aux fondamentaux… Et ainsi mieux percevoir la mise en oeuvre de tel ou tel candidat. Les valeurs fondamentales que l’un ou l’autre défend.

        J'aime

  2. Bernard, sur Mélenchon, je partage ton point de vue. Quand on laisse cet homme développer ses arguments sans le provoquer, il donne les bonnes explications, et cela n’a pas l’air de surprendre Attali:

    Dans ma circonscription, j’ai le choix entre un EM, directeur d’entreprise (Pascal Bois) et un FN, ingénieur (Philippe Murer)…Si je vote pour le premier, en tant que prochainement retraité, je vais « trinquer » et il n’est pas question que je vote pour le second…

    J'aime

    1. Du coup, Robert, entre tes convictions d’Homme, et les solutions qui s’offrent à toi, tu te retrouves ainsi un peu « coincé »… Pas la possibilité du choix du mieux. Et devoir parfois, par quelque contrariété civique, éviter le pire, t’amène à aller vers des choix électoraux tout à fait limites quant à ta pensée d’électeur, et de Citoyen Libre.
      Et c’est bien là, que l’on s’aperçoit de « cet emmerdement suprême » !
      Mais c’est sur le plan national que tout ceci s’annonce…
      Et si vous voulez mon sentiment « de gosse », terminologiquement parlant… eh bien… Ça craint !!!

      J'aime

      1. « La possibilité du choix du mieux » n’a jamais existé dans le système électoraliste, c’est une illusion. Adolphe Tiers l’avait compris, en fondant la 3ième république par des élections…c’est imparable: « La démocratie même est l’autre face du capital, non son contraire » (Anselm Jappe, philosophe)….Même avec Mélenchon comme Président; je suis convaincu que l’on aurait vécu une expérience équivalente à la période mitterrandienne.

        J'aime

  3. Je trouve que Iturria détient la vérité dans Sud Ouest Dimanche d’aujourd’hui. Son dessin représente un bureau de vote dans lequel 2 assesseurs discutent à côté d’une urne qui renferme quelques enveloppes.
    L’un des deux dit: 32% des voix, 74% des sièges.
    L’autre analyse le résultat en disant : Dans ce pays, la différence est trop grande entre le vote brut et le vote net.

    Et en plus il veut augmenter la CSG ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s