Heu… c’est la peine d’aller voter ?

Sans titre

La presse unanime nous annonce un raz-de-marée pour En Marche. Nous serions tous prêts à faire confiance au jeune ambitieux. Exit les conséquences des réformes du code du travail, du chômage, des retraites. On se fait croire qu’il va faire tout ça sans que ça touche les plus faibles, que ça va réveiller l’économie et que, par miracle, tout va aller mieux avec le sourire. Marre de râler, entend-on dans le clip de campagne du jeune parti. Ben oui, en fait, tout va bien. On est juste des râleurs. Le message est savamment dosé.

Tout repose pour l’instant sur de la com, du marketing, de l’image, de l’hypnose collective, comme la publicité. On est loin du réel, de la réalité.

Oh, bien sûr, on a besoin de rêver, de le fuir, ce réel dont trop de gens payent déjà le prix fort quand d’autres trainent leurs Ferrari dans les hôtels du luxe des châteaux à pinard. Entre ces deux extrémités, la masse des consommateurs au pouvoir d’achat fluctuant, les plus privilégiés le devenant davantage au détriment des autres. Et la politique de Macron, ça va être ça. Qui veut sérieusement croire le contraire ?

Le problème de cet élan macronien qui pourrait bien voir une assemblée bleue pâle se mettre en place, c’est que l’opposition de demain, quand le réel fera son retour, elle ne sera plus représentée. Il faudra bien pourtant qu’elle s’exprime. Il a voulu casser les cadres, les repères. Eh bien la contestation, elle se fera en dehors des cadres et des repères. C’est un jeu dangereux que nous jouons-là collectivement. C’est bien beau de tirer à boulets rouges contre Mélenchon qui a dit ceci ou n’a pas fait cela. Quand vous l’aurez ramené aux 10% qui est votre seuil de tolérance pour les idées humanistes, écologistes et sociales, on verra bien ce qui émergera de la politique que Napoléon nous prépare sous l’influence du MEDEF.

Si j’écris cet article, ce n’est pas parce que je me crois au-dessus de la mêlée, pas plus que je ne suis un mélenchoniste obtus et revanchard. Et je n’ai pas l’illusion de contribuer à inverser les tendances avec mes cinquante lecteurs. C’est sans doute que cette prise de conscience court dans l’air, dans bien d’autres têtes que la mienne.

Espérons que la vague en marche ne démolisse pas tout sur son passage. Ce qui repousse derrière le bulldozer, c’est toujours d’abord la mauvaise herbe. L’image vaut ce qu’elle vaut, je m’en fous. Je ne fais pas de marketing ni ne prétends à la littérature.

6 réflexions sur « Heu… c’est la peine d’aller voter ? »

  1. J’ai entendu dire par un amateur de science fiction que cela finira par une révolution comme celle de 1848 et il compare Macron à un guizot ( « Les pauvres n’ont qu’à s’enrichir, merde ! » ) ce qui n’est pas faux mais je lui ai fait remarquer qu’après on avait eu Napoléon III dit le petit et que je trouvais qu’il y avait en lui du bonapartisme.

    Aimé par 1 personne

  2. Ah si, faut râler ! Si le « président » Yanne était encore là, lui qui n’aimait ni le rock ni les départementales, il nous le rappellerait.
    Quant au reste, le pays se prépare doucettement à un déséquilibre socio-politique qui conduira tôt ou tard à ce qu’il y ait dans les rues davantage de piétons scandant que de bagnoles klaxonnant.
    Les délais restent incertains. Dès cet automne ? Ou faudra-t-il attendre le printemps suivant ?…

    Aimé par 1 personne

  3. Ici, dans la 3ème circonscription de Gironde, le candidat d’En Marche, s’appelle Marik FETOUH, adjoint de Juppé en charge de l’égalité et de la citoyenneté.
    Avec un tel nom, au moins on est peinards. Soit y bosse très-très-très dur, et en tout domaine (un « Michel Morin » en sorte), soit y va nous cuisiner quelque chose de bien-bien-bien mitonné !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s