Je parlerai pas de mon chat. J’en n’ai pas.

papa-et-filsbis

J’allais ce soir assister aux auditions du cours Éva Saint-Paul. Ce n’était pas spécialement pour aller chercher à découvrir de jeunes talents. Je jouais mon rôle de père qui va voir jouer son fils Paul (ne pas se fier à la photo : il a vingt-six ans).

Hier, il était dans un Feydeau. Facile. Un personnage anglais originaire de Marseille et qui glisse d’un accent à l’autre, des Ray Ban sur les yeux. Forcément, il a ramassé, comme on dit.

Mais ce soir, c’était une autre paire de manches. Ces audacieux apprentis ont monté le Pain Dur de Claudel. Quand tu sais ça, tu y vas en te disant qu’il vaut mieux avoir fait un repas léger pour résister à un endormissement mal venu en pareille circonstance. Et puis, il y a l’appréhension de ne pas être complètement convaincu par la mise en scène ou le jeu. Ce sont des élèves. C’est un cours. On ne peut pas non plus demander des prouesses sur un tel registre ambitieux (à la réputation d’être a priori un brin chiant).

Eh bien, je suis resté sur le cul. J’ai vécu un vrai moment de théâtre et acquis la certitude que le fiston était bien un acteur. J’ai même versé des larmes. Celles d’un père, soupçonnez-vous. Peut-être, mais je crois bien que c’était surtout celles d’un spectateur qui oublie l’acteur pour croire aux personnages. Ils ont tous assuré.

Je n’ai pas l’habitude ici de livrer des choses familiales. Je l’ai fait une fois, il y a deux ans. Il nous avait fait un Marius mémorable. Mais la, c’était la fin de son école et le passage à un registre sérieux, un élargissement de la palette. N’a-t-on pas le droit à un peu de fierté légitime ?

12369198_228883414109478_499587851972814098_n

16 réflexions sur « Je parlerai pas de mon chat. J’en n’ai pas. »

      1. Véridique :

        Il s’appelle Pitch.
        (Quand je l’ai nommé comme ça, je croyais avoir inventé ce mot, ça m’est venu juste parce que c’était court et que ça pétillait, et que j’ai constaté que les chats aiment bien le son « ch.. » Mais… je ne savais pas encore que « pitch » est un mot qui existe… ni le domaine auquel il appartient !)

        Et il parle. Un vrai comédien. Une gamme infinie d’intonations.

        Et un vrai cabotin, comme ton chien blanc, il prend sa place si par hasard une caméra se promène sous son nez !

        V’là v’là v’là…

        Tu veux que je continue… ?

        🙂

        J'aime

      1. Oui oui, on va pas lui dire qu’il est beau, d’accord, on va juste lui dire qu’il rayonne et qu’il faut qu’il continue !

        Parce que la beauté est toujours relative, et au fond… c’est un hasard génétique, t’as d’la chance ou pas !

        Tandis que le rayonnement est une chose bien plus profonde…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s