à bâton rompu

baguette

Nous voici dans la nouvelle ère Macron 1er. Un premier ministre de droite branché façon humour de gauche. La droite qui se divise entre la ligne on bloque tout et on fait avec. Le PS qui ne sait plus où il habite. Le FN qui part en miettes. Je ne suis pas voyante, mais je sens qu’il va bien ramasser aux législatives, le jeune président. Il va faire la blague pendant quelques temps, c’est sûr. L’état de grâce a commencé. Chacun rêve qu’il va réussir à faire tourner la boutique en épargnant les plus faibles et en libérant les plus forts. Ça, c’est l’histoire qui se raconte et à laquelle les Français veulent croire. Dans le monde réel, ce sera sans doute une autre histoire, mais ce seront les actes et leurs impacts qui feront celle de demain. Dans un coin de la tête, chacun sait pourtant que c’est la vieille histoire qui continue avec quelques nouveaux personnages.

Mon agent me faisait part de retours qu’elle avait à mon encontre. Ça va de « oui, pas mal, mais la production préfère un nom » à « lui, tu crois qu’il accepterait ça ? ». Bref, le grand écart et au final, trop peu de rôles à mon goût. Pourtant, quand on verra Sigmaringen de Serge Moati, on m’y trouvera assez magistral dans le rôle déjanté de ce salopard de Darnant. Si, si, j’ose le dire. Un brin de Dufilho dans ce personnage. Je me sais moyen quand je le suis. Mais là, je suis assez content. Autant que je me félicite moi-même de temps en temps.

Sinon, le petit documentaire que je rêve de réaliser traite de plein de bizarreries autour des sourciers et des guérisseurs. Me replonger là dedans me passionne toujours davantage. Il ne faudrait pas que j’en oublie mes autres projets…

11 réflexions sur « à bâton rompu »

  1. Mouais… J’y vois un cirque quelque peu approximatif.
    En ce moment, l’avenir socio-politique est une nouvelle histoire de « fildeféristes ».
    Sauf qu’Eux, les spécialistes de cette activité très dangereuse, savent où ils posent les pieds. Ils maîtrisent l’équilibre.
    A contrario, les novices ont d’abord tendance à se casser la gueule. Bien avant d’être rompus à ce particulier exercice…

    Et puis, y a les jongleurs aussi… De droite à gauche, de gauche à droite… Sont adroits ! Les enfants les badent !
    Mais certains, avant d’être adroits, demeurent bien gauches.
    Et certains, gauches qu’ils sont initialement, finalement, deviennent adroits. L’entraînement aidant…
    Mélange des genres, en sorte. Et parfois source de confusion.

    Alors, au-delà de ce bilan approximatif, qui n’est pas de l’Art en soi, eh bien j’attends avec belle impatience la venue de Sigmaringen !
    Quant à l’allusion du Sieur Dufhilo, Mazette ! Quel Bonhomme…!
    Et pour le,reste, garde tes bons choix en tes « tris porteurs » (ode à Darry Cowl…).

    Pour info, le Ponton vit lui aussi son propre printemps… Et tout va bien. Les vieux concepts de paisibilité, bien au-delà du tumulte, gardent leur fonctionnalité de havre de paix initiales. Tout est bien garé des bagnoles ! J’y veille.
    Ici bas, en bords de Garonne, on s’évertue à préserver nos essentiels. Ce calme, ce silence, ce regard sur les flots doux qui nous permet de nous rasséréner. Et bien au-delà…
    De regarder « d’en bas », le merdier que l’on nous propose venu « d’en haut »…
    A suivre… car nous avons évité la peste !

    J'aime

      1. Je l’espérais sans y compter, au vu de ses désengagements répétés au fil des précédents gouvernements.
        J’espère juste qu’il aura – pourra avoir – un tant soi peu les coudées libres pour avancer en les progrès nécessaires vis-à-vis de l’évolution du climat, et de l’impact bénéfique qu’une politique responsable doit avoir en termes d’influence sur ce thème-là.
        Foncièrement, il est le plus capable de convaincre pour aller dans ce sens-là.
        Alors, j’espère… mais j’attends de voir. Comme toujours, en fait.
        La Fontaine : Le Corbeau et le Renard.

        J'aime

  2. Trop rigolo

    Des lapsus émaillent le discours du porte-parole du gouvernement

    A l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a commis deux lapsus lors de son intervention. Il a d’abord évoqué le présence de « ministres expérimentaux » au lieu de « ministres expérimentés ».

    « Les Français ont choisi l’espoir et le renouvellement de la vie politique », a-t-il aussi déclaré devant les journalistes. Mais en poursuivant, au lieu de dire que « nous étions les dépositaires de cette espérance profonde », Christophe Castaner a utilisé le terme de « despositaire », mélange entre « dépositaire » et « despote ».

    J'aime

  3. Je n’ai pas tout suivi, Philippe. Mais d’après ce que tu relèves là, le sieur Castaner apparaît comme un « pied-tendre » qui se prend les pieds dans le tapis de la comm…
    J’espère en tout cas qu’on ne sera pas dépositaire de quelque despotisme expérimental. Ce qui équivaudrait que chacun ait le 06 de la Marion, et s’en octroie le privilège.
    Suis pas loin d’aller me planquer au ponton, moi… !

    Du coup, avec tout ce tintouin, Cannes passe quasi à la trappe…
    Si Almodovar ne siège pas tout nu, le Festival sera foutu. Alors que… Merde… Quand même !
    En plus, y a même pas BB qui compétitive ce coup-ci. J’vous raconte pas la descente dans les abîmes !
    Je viens de me faire une foulure à la deuxième phalange du 7ème Art. Putain que ça fait mal…
    Au fait, c’est qui ce soir le toubib de garde ?…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s