The trou

Cenote-Pit-gouffre-eau-Au-Mexique-cercles-géologie-grottes-plongée-sous-marine-nature-paysages-3-Tailles

Hier soir, Intra-Muros, c’était une bonne encore. Le public nous a applaudi debout et nous a couverts de mots chaleureux et enthousiastes à la sortie. Pourtant, le spectacle n’était pas complètement celui de la veille et n’a sans doute pas grand chose à voir avec celui du début. Le texte est le même, l’implacable écriture de Michalik, la mise en scène n’a pas bougé, toujours aussi rigoureuse. Ce qui bouge, c’est le jeu des acteurs qui va donner telle et telle couleur à tel ou tel endroit.

Pour ce qui est de Ange (mon personnage), la représentation d’hier a pris un tour tout particulier. Elle m’a sans doute donné une clé essentielle dans l’évolution du personnage, dans ce qui le portera désormais. Je me suis en effet offert le trou de ma vie. Ce moment où la phrase d’après ne vient pas, où le vide fait place au plein, où tu ne sais plus comment tu vas t’en tirer, où tu ne sais plus ce que tu viens de dire ni ce que tu vas dire. Le regard du partenaire intègre la situation, ce silence qui n’en finit pas, ce plateau vide, soudain silencieux, le flot des mots tari à jamais. Pas de panique. Ça va revenir. C’est pas mal pour le personnage à ce moment de la pièce. Il faut juste parler, dire n’importe quoi pour que les connexions se refassent. C’est ce que j’ai fait. Trois mots de travers, des mots d’ailleurs, et le fil était renoué. La seule différence a consisté à intégrer dans le reste de la pièce cette difficulté à faire sortir les mots, cette arythmie du débit, cette folie qui pointe dans le regard qui s’est rempli de vide. Et oui, c’est super intéressant pour Ange, le taiseux, le mutique. Il ne peut pas parler soudain comme un marchand de tapis. Ça doit peiner à sortir. C’était sans doute la meilleure pour moi, celle qui ressemblait sans doute le plus à ce que voulait le metteur en scène, finalement. Et ce soir on joue. Et demain. Et ça sera encore différent d’hier, parce que le théâtre vit.

Pour ce qui est de la campagne électorale, c’est un petit peu la même chose. Il y a le texte, le programme, ce que l’on imagine des personnages. Et puis la campagne avance, et les acteurs évoluent, se révèlent ceci ou cela qu’on n’avait pas soupçonné.

Hier, j’ai posté sur Facebook un sondage qui, en filigrane, donne ses chances à Mélenchon autant qu’aux autres. Ça s’est mis à déverser du fiel sur les commentaires : l’histrion dégagiste, populiste, le vieux sénateur, pro-Poutine et Bachar… On n’était pas loin de me sortir la réincarnation de Staline. Tous ces arguments précuits que j’entendais avant-même que la campagne commence, au moment où les gens pensaient encore que Fillon était l’homme le plus intègre, comme si la campagne n’avait pas eu lieu, comme si le candidat n’avait rien dit pendant tous ces mois, comme s’il fallait absolument rester figé sur ses certitudes. Certains de ceux-là vont voter Macron, d’autre Hamon. D’autres à droite. Ou Poutou. Ils savaient de toute façon que pour eux, depuis des mois, voire des années, ce serait tout sauf Mélenchon.

Alors, en ce samedi de Pâques, je tiens à les rassurer. Gardez votre calme, les amis. Je sais comme vous qu’il n’a aucune chance de gagner car ils sont nombreux comme vous à l’avoir rangé très tôt dans le même panier que Le Pen. Rassurez-vous, les amis, il n’y aura pas de changement et la pièce qui se jouera pendant cinq ans restera bien la même, sans doute en pire. Mais au moins, le changement de paradigme économique et social n’aura pas lieu. Vous pouvez dormir sur vos deux oreilles. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

Les acteurs peuvent jouer différemment chaque soir. Si la pièce est bonne, elle le restera. Mais en politique, visiblement, la pièce, on s’en fout. On se focalise sur les acteurs.

13 réflexions sur « The trou »

  1. Ah, bé voilà, enfin :… un trou !!

    à mon avis, le vrai acteur, c’est celui qui sait faire de l’impro si besoin est, mais je ne suis vraiment pas sûre que tous ceux qui se disent comédiens sachent retomber sur leurs pattes !

    Alors chouette, y a confirmation : tu es un vrai acteur, chapeau ! 😉

    J'aime

  2. Un trou…..ce ne doit pas être le premier. ..mais tu t’en sors avec panache 😉😉😉quand à la suite pour les résultats. …tu sais ce que l’on dit « tant qu’il y a………il y a de l’espoir  » espérons que tout le monde s’exprime 🙄en son âme et conscience. ..Bonne continuation à toi.
    Amitiés.
    Martine

    J'aime

  3. Joli… ! Très bel article où se mêlent l’incertitude d’un instant, rattrapée bien vite, et les incertitudes des cinq ans à venir, certainement difficilement rattrapables.
    Pendant que tu étais « en matinée », je suis allé « pontonner ». Comme on vivait le début du montant, je me suis inquiété sur le fait que le courant allait de gauche à droite. Cela n’a duré qu’un instant (mon inquiétude). Car je suis bien conscient que vers les 22 ou 23 heures, le courant ira de nouveau de droite à gauche. Perpétuel recommencement. « L’ascenseur plat » des marées. Ce va-et-vient incessant qui dépose lentement ses limons en berges, sans forcément de dommages. Alors que « les marées » politiques déposent sur certains – et bien plus soudainement – casseroles, cafouillages de tout poil et pollutions bien plus dommageables.
    Le Fleuve a le grand avantage de sa paisibilité, même s’il est parfois capable de fulgurances.
    Et d’ailleurs, en ce sens, aujourd’hui je ne sais pas ce qu’aura vu ou vécu Jean-Luc… Mais moi j’ai vu mon premier martinet noir du printemps 2017. Revenu d’Afrique subsaharienne, il filait vite et droit, de droite à gauche, très très haut dans le ciel. Je ne me suis pas inquiété.
    Ce « point », suspendu dans les airs, allait dans le bon sens. Un axe avantageux. J’ai juste imaginé, l’espace d’un instant, qu’il pourrait s’agir d’un signe (pas un cygne…, le martinet) ; qu’il soit une espèce de guide, de par sa franche trajectoire, filant à toutes berzingues vers la gauche…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s