Chargement d’heures

heure

Le lundi, pour les acteurs de théâtre, c’est dimanche. Je vais pouvoir faire une excursion… dans mes chemises cartonnées car l’évidence administrative me conduit à envisager mon retour très proche au statut d’intermittent du spectacle. Cela faisait pas mal de temps que j’avais déserté cette affiliation par manque d’heures, me contentant de gérer mes revenus télévisuels et cinématographiques à la façon des fourmis. Je gagne, je garde pour subsister jusqu’à la saison nouvelle. Mais qu’on se rassure, les intermittents ne sont pas des cigales pour autant.

Hier, on jouait l’après-midi, comme tous les dimanches. Et comme c’était dimanche et qu’il faisait très beau, ben, les spectateurs… ils sont venus quand même. Salle archi-comble, des gens sur les marches et d’autres refoulés. L’enthousiasme des spectateurs est beau à recevoir. Cette fois, c’est un gamin de dix ans, une tête de lutin malin aux grands yeux verts, qui est venu me dire « monsieur Ange, j’ai beaucoup aimé votre spectacle ! ». Merci, petit !

D’autres critiques sont arrivées aujourd’hui avec notamment une belle page dans l’Humanité. L’article salut un bel artisanat, au sens noble du terme tandis que dans un autre canard (une des rares critiques « bien mais »), la journaliste opposait théâtre d’art à artisanat. Comme si l’artisanat était le contraire de l’art, vulgaire, commun, une tare. Il faut avoir un regard artistique pour voir surgir le beau dans l’artisanat… Merci l’Huma !

Me suis offert un café en terrasse sur le chemin de la poste. Une dame s’approche. Excusez-moi, j’ai vu deux fois Intra-Muros, toujours aussi émue. Je vous envoie du monde. Bravo ! Désolé de raconter des trucs de ce genre, mais je ne vais pas inventer des journées de merde pour vous faire plaisir.

Voilà un beau faux dimanche qui s’annonce avec ses 20° sur Paris sous un ciel sans nuage. Vite, vite, je compte mes heures et j’en prends une ou deux pour traîner encore au soleil.

11 réflexions sur « Chargement d’heures »

  1. Si les gens avaient réservé, beau ou pas beau, c’était calé ainsi.
    J’ai fait extra-muros pour ma part, aller renifler les premiers bourgeons…
    Dans « artisanat », la journaliste a-t-elle remarqué qu’il y a bien « art » ?

    J'aime

  2. J’parie que tu avais regardé à deux fois pour l’heure qui changeait (sans te demander ton avis), pour ne pas louper ta figu de cinquantenaire mutique au théâtre !
    😉

    J'aime

  3. Là il est 19h30… à non, 32, le temps d’écrire. Merde, déjà 33. du coup je me sens chez moi !
    N’empêche que quand il faudra changer quelques fauteuils, mettre une moquette neuve, repeindre la toiture et réparer la façade (dans le désordre), seront dans le commerce les tenanciers du Théâtre 13.
    Principe de fourmi ! Mais tu n’es pas visé…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s