Une France trop bleue

J’ai réalisé Ogres Niais en 2014. La bande son est le fruit d’improvisations d’enfants de l’école maternelle et CP de Loupiac, en Gironde. Dans leur jeunes esprits, se dessine une certaine vision des rapports humains, du règlement des conflits, une certaine façon de résoudre les problèmes. Ça me rappelle certains programmes électoraux…

Le film dure 15 minutes. Vive la République, vive la France !

5 réflexions sur « Une France trop bleue »

  1. C’est pas faux quand on y repense… Certaines scènes rappellent les accords de ces jours-ci. Mais dans ton court, y avait une pointe d’humour. Alors qu’en la « vraie vie » d’aujourd’hui, j’ai beau chercher, je n’en trouve pas. Même pas au milieu des mets qu’ont consommés Macron et Bayrou, hier : caviar et cuisses de grenouilles !
    Z’auraient au moins pu être solidaires – surtout le Béarnais – des éleveurs de canards du Sud-ouest, « grippavièrement » atteints. Bayrou a raté là un grand coup de comm pour se mettre les éleveurs dans « le carnier de la gibecière » (terme extrait de Jacques Bodoin, sketch ancien : « la chasse de renard »).
    Quant à ingérer des cuisses de grenouilles, pur hasard culinaire ?… Ou y avait-il une allusion au brexit des British ? Français, bouffeurs de grenouilles, etc.
    Le Hamon fait du pied à la Mellanche, qui ne fait d’ailleurs pas « sa pucelle effarouchée », mais qui veut bien voir ce qu’est « la dot ».
    Une partie de Poker (menteur ?), façon hiver 1980/1981, est en train de se jouer. Qui payera « pour voir » ? Ou « se couchera » ? Au risque que chacun n’obtienne finalement aucun gain…
    Cet après-midi, en rentrant du taf, je suivais une bagnole, comme souvent (!). Au feu rouge, j’ai pu lire l’autocollant de pub placé sur le bas de la glace arrière : « Bleu Marine – Résidence d’été – Cap-Ferret » (je synthétise mais l’essentiel est là).
    Alors, j’ai pensé déjà -« merde… », pensée primaire – puis me suis questionné : aficion ou pur hasard ?…
    Je n’ai pas de réponse… Mais si j’avais un truc à louer pour les bronzeurs de fesses, je l’appellerais autrement.

    J'aime

  2. Bonsoir Bernard 😉
    Toujours un immense plaisir de visionner ce court métrage étonnant par sa véracité si actuelle et sa parabole finale sur la folie du pouvoir … « Les blocs débloquent et moi même, je ne me sens pas très bien … »

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s