Intra-Muros, ça va jouer des coudes

coudes

J’en étais encore à me demander qui j’allais inviter à la première d’Intra-Muros lorsque, tout à l’heure, j’ai appris que la séance était déjà complète. Pourtant, personne ne sait encore que le spectacle est une bombe. Les gens ne connaissent que les dix premières minutes de la pièce. Le résumé ne dévoile rien. Mais voilà, sous son seul nom, Alexis Michalik attire les foules et, quand on connait ses succès précédents, on peut le comprendre.

Alors, très concrètement, je conseille à ceux qui sont intéressés de se manifester très très vite parce que je suis certain que le bouche à oreille et la presse vont amplifier encore le phénomène. Et pour une fois que je joue au théâtre à Paris, j’espère bien que mes connaissances pourront venir entre le 9 mars et le 16 avril. Ça passe vite.

Pour ce qui est des répétitions, on est dans la phase où il nous tarde juste de jouer devant des gens. Tout est en place.

Je n’aurai que très peu d’invitations. Mais j’aurai des détaxes (dans la limite des places disponibles) pour les amis (j’entends à minima par amis, les personnes que je connais directement ou avec qui j’ai travaillé). Plus tôt ils viendront, et plus ça sera facile. Les copains, laissez un commentaire sous cet article avec date souhaitée !

J’ai bien conscience que ça peut faire « je me la pète » ou « je prends mes désirs pour… ». Je crois pourtant que c’est assez proche de la réalité et que ça dépasse les seuls espoirs légitimes à toute création. J’invite juste à la prudence. À ne pas s’y prendre comme s’il allait y avoir toujours des places.

15 réflexions sur « Intra-Muros, ça va jouer des coudes »

  1. Putain t’es chiant, tu donnes envie, Saligaud ! Mais j’ai un printemps du taquet de chez taquet… (domaine pro)
    Hé…… ! Une idée à la con… (une de plus…). Si je foutais des bâches blanches au ponton, pas côté Garonne, t’es con… (profondeur de paysage oblige), mais côté digue, avé des lampions bio pour l’éclairagiste, accrochés aux vieux frênes… et une barrique de Pomerol de 250 litres et des verres ballons recyclables à qui mieux-mieux, tu crois qu’il y aurait moyen de délocaliser cette pièce en Province humide, « scélérate » (d’aucuns pensent) mais si essentielle…?
    Ce serait quand même hyper top de chez top !!!
    Et même que le metteur en scène y choisit son décor… Haute ou basse-mer… Les flots gonflés ou les vases des berges apparentes ?
    Comme y veut, y choise…
    Et c’est gratos ! Sauf la barrique de Pomerol, vu que ça vaut la peau du cul…
    Je prends en charge les verres ballons et les bâches blanches…
    Sacré Saltimbanque, va !…
    Et merde…, dans ce dernier qualificatif, envers Bernard, « banque » me fait plus chier que « saltin ».
    Mal foutue la langue française… non !?

    PS : je réfléchis Bernard pour Paris. Bises.

    J'aime

  2. Pareil que Serge, pffff… Paris, toujours Paris !! Bordeaux, c’est quand même pas mal, non ? Tu peux pas demander au petit Alexis de se délocaliser en Gironde, le temps qu’on voit ce que tu vaux sans la caméra sur toi ? 😉

    … On sent le frémissement, la joie qui va arriver, le plaisir anticipé… Ah, si j’avais un voyage à faire à Paris, ce serait celui-ci, pour découvrir cette pièce !!
    Bon, répète bien, et te prends pas les pieds dans la trottinette surtout.

    J'aime

  3. Boh… fastoche tout ça, les rapprochements, et même pas capital.
    J’ai la solution : un comm de presse à balancer massivement : titre en gras, « méga police Arial black » (désolé pour le terme un peu trop d’actu) :
    « Paris, la banlieue privilégiée de Bordeaux ».
    Et voilà… Le tour est joué (Joué-les-Tours). LGV, banlieue à bientôt deux heures de Bordeaux. PIM ! Efficacité de comm.
    Tu vois bien que j’y pense au train, même si on reste pour l’heure dans « le temps d’avant ». Mais on n’est pas à une heure près…
    Ce sont ces fadas capitalistes qui nous pondent ces statistiques sur le gain financier global obtenu (qu’ils pensent) par le temps de déplacement gagné.
    Y vont nous faire l’infarctus, ces couillons-là !
    M’en vais leur offrir une 2 chevaux à ces jean-foutres de droite… c’est mieux pour leurs pesmecoeurs !
    Après, comme je te l’ai dit, mon printemps n’est pas simple… J’aimerais beaucoup, t’imagines bien… mais pffff… pas simple.

    J'aime

  4. Teut-teut-teut… !
    Rochefort… Grand acteur, certes, mais « village » lointain.
    Je te propose plutôt la MJC de Bouliac-City, et si elle n’est pas dispo, la salle de dancing de Cadaujac-City – désuète certes, mais tellement « roots ». Ou bien la salle Georges Méliès, à Villenave-d’Ornon, que tu connais, il me semble (hé-hé-hé…).
    Là… on est bien les loulous, en termes de faible facture carbone, car proximité correcte ! T’as Lydie et moi, par exemple, on peut y venir en covoiturage, ou avec le bus d’Ogres Niais si tu nous communiques les horaires et les trajets et dessertes, car d’après les derniers éléments que j’ai (« Radio Balou » du 17/05/2015… oui, une nouvelle station locale…), le chauffeur du bus à pieds aurait tout autre occupation d’importance, et ne pourrait pas conduire le bus à pieds.
    Pfffff, comment c’est chiant de ne pas savoir sur quel pied danser !
    Tu nous dis… ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s