Fiction politique

casting

C’est redoutable, ces débats télévisés. Une élection pour quatre ans se joue sur quelques poignées de minutes. Hier soir, c’est Valls qui a gagné, comme ce fût Fillon qui avait gagné face à Juppé. Personne ne le dit, la presse ne s’aventure pas à départager. Pourtant, les plus rassurants, les plus combattifs, les plus sûrs d’eux, c’était Fillon et Valls. Mais, une élection doit-elle se jouer sur quelques débats télévisés où ce ne sont pas vraiment les programmes et les idées qui passent mais l’image d’un homme à un instant t ? Par exemple, le Fillon, on pouvait se dire à l’issue du débat que c’était un brave mec, hyper rigoureux, voire austère. Résultat, on apprend qu’il a filé 500.000 euros de sa réserve parlementaire à sa femme. Comme mec intègre et austère, on fait mieux. Mais c’est l’image qui compte.

Ceux qui ont regardé le débat d’hier ont vu que les deux hommes n’étaient pas filmés de la même façon. Hamon, on voyait souvent sa silhouette rondouillarde de profil qui rappelait celle de Hollande. Valls, jamais.

Et puis nous, spectateurs, nous voyons une part de langage non verbal. Ce qui se passe au fond des yeux, dans les attitudes, les tous petits gestes de rien du tout qui racontent ce qui se passe dans la tête. En fin de débat Fillon-Juppé, tout disait dans ce dernier qu’il pensait avoir perdu, que c’était mort. Hier, même impression. Hamon, à un moment, on voit qu’il lâche l’affaire tandis que l’autre reste le bouledogue au regard glacial, au débit vif. La morgue du matador face au taureau qui trébuche.

Donc, les gars, laissez tomber les idées, les programmes ! Nous ne vivons plus des élections mais des castings pour un personnage de président. Pas pour un président. Et après, les gens gueuleront contre ce personnage qui n’est plus celui des débats télévisés. Ils se rendront compte qu’il avait un programme. Les Américains en savent quelque chose. Suite au prochain épisode chez nous, bientôt.

14 réflexions sur « Fiction politique »

  1. Me dit pas que c’est aujourd’hui que tu t’aperçois que les politiques sont juste tes copains de jeu ! 😉

    Les idées, les valeurs véhiculées, la sincérité ?

    Faut un bon éclairage, une belle mise en scène, un joli scénario…
    Ça fait longtemps que c’est ainsi, la personnalité passe avant les (bonnes) idées !

    De même si on regarde les conseils des recruteurs, là aussi, incitation à tricher : l’image, la façon de présenter, la forme importe presque davantage que le fond.

    Et puis, t’as déjà vu un ac… choisi pour ses idées ?

    J'aime

  2. Salut Bernard …
    Admirons tout de même le talent des propagandistes utilisant les télévisions, contrôlées par leurs patrons, des financiers ayant un accès privilégié au pouvoir et passant des contrats profitables avec l’Etat.
    Ces propagandistes ont réussi à faire croire aux citoyens ayant moins de 50 000 euros de revenus annuels, soit 90% de la population, qu’en votant « Fillon-Macron-Valls », c’est à dire la candidature pro européenne, partisane du libre échange, des délocalisations et paupérisation galopante, se serait mieux pour eux que s’ils votaient Mélenchon ou Hamon, au premier tour.
    Le cas Le Pen est à part. Il est peu probable qu’elle gagne l’élection. Par contre, sa participation est indispensable pour éliminer le candidat à gauche de « Fillon-Macron-Valls ».
    Le dicton africain que je préfère est celui-ci : « Si un animal vous dit qu’il peut parler, il ment probablement. » … Tout est dans le « probablement ». 😉

    J'aime

  3. Pour moi le débat sonne la fin du PS tant les deux approches sont diamétralement opposée. L’un dit votez pour moi et nous partagerons ce que l’on n’aura jamais et l’autre s’enferme dans une rigidité d’emprunt car il sait que même s’il gagne la primaire, il fait 40% de voix au second tour de la présidentielle soit 20% des inscrits.
    La lune ! les ricains ils y sont allés mais il ne l’ont pas ramenée avec eux.

    J'aime

  4. Je préfère, ô doux espoir, voir un Hamon riche en idées et un Valls qui rame pour se raccrocher un train qui est tout de même il faut l’avouer loin devant lui. Alors oui le regard glacial et l’attitude sans accroc, mais je vois plutôt la défaite dans le regard de celui-ci…

    J'aime

  5. Résultat des courses (ce dimanche soir), c’est Hamon qui s’y colle. Ombre à la Méllenche.
    Division. Et second tour, probable… « dans le cul la balayette » !
    J’espère me tromper… pour ne pas assister à un combat électoral de faces d’anus…
    Mais……..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s